AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Partagez | .
 

 • Shut up, bitch • One shot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gryffondor
avatar





• Crédits Kit : Shyia & Tumblr
• Parchemins écrits : 189


lumos maxima


MessageSujet: • Shut up, bitch • One shot   Sam 26 Jan - 6:54


Shut up, bitch ♪

Lundi 1er novembre 2021

La soirée d’la veille avait été mouvementée. Et pour cause, avec ce qu’il s’était passé dans la Grande Salle pendant le bal … Trop bizarre ! Mais Dieu merci, Mikayla ne s’étant pas déguisée, elle n’avait pas été atteinte par le sortilège et c’était tant mieux pour elle. Par contre, les gens ils l’avait quand même faite vachement flipper. Mais soit, c’était finis maintenant et les choses étaient red’venues normales. Enfin aussi normal que ça puisse l’être quoi. Bref, après l’bal, Mikayla avait entrainé Ashley dans la salle commune et elles y étaient restées … quasiment toute la nuit.
Toute la nuit en fait c’était exact puisque les deux jeunes filles avaient fait une nuit blanche. Mieux, Mikayla avait gardé une bouteille de vodka pour l’occasion et les deux jeunes filles en avait profité pour jouer à « Je n’ai jamais ». En fait, si Ashley aurait voulu gagner, elles auraient mieux de jouer à « Je n’ai jamais couché avec ». Mais bon, ce n’est qu’un détail. Elles s’étaient bien marrées finalement et c’était ce que Mika voulait. Elle voulait juste changer les idées du lutin pour qu’elle pense plus à son pauvre con d’ex petit copain. Ou de pas ex d’ailleurs. Mika elle savait pas et honnêtement elle voulait pas savoir parce qu’elle détestait tellement Rogers que s’il touchait encore une fois à Ash, elle aurait sans doute envie de le pendre par les couilles donc bon. Mais Ash elle faisait ce qu’elle voulait, si elle était assez bête pour pardonner, c’était son problème, la seule chose que Mika elle voulait pas, c’était que ce connard lui traine dans les pattes. Le reste ça ne la regardait pas. C’était la vie d’Ashley elle pouvait pas s’y opposer et si Ashley aimait bien souffrir eh bien soit …

Bref, les deux jeunes femmes c’étaient quittées au p’tit matin. Elles avaient toutes les deux fait leurs valises et étaient retournées à Pré-au-lard. C’était là qu’elles s’étaient quittées. Ashley était retournée chez sa tante aux Trois-Balais, et Mikayla était allée attendre le Poudlard Express qui était arrivé à 9 heures tapantes. Mikayla c’était installée seule, à l’écart des gens et en avait profité pour sortir ses lunettes, qu’elle ne sortait jamais en règle générale. Vous pensez quand même pas qu’elle voulait qu’on la voie avec ça ?! Elle avait passé tout le chemin plongé dans l’œuvre de Shakespeare, Roméo et Juliette parce que oui, contrairement à ce que certains peuvent penser, elle est peut-être violente et agressive, mais elle est très intelligente.
Arrivée à Londres, la Demoiselle avait dû se dépêcher pour prendre une correspondance qui la ramènerait à Liverpool. Son père avait bien proposé de venir la chercher mais elle avait refusé, préférant protéger leur petit budget pour les vacances. En sortant de la gare, Mikayla avait fait le reste du chemin à pied. Elle n’habitait qu’a dix minutes environ de la gare, elle pouvait bien marcher comme une grande. Ah, ce qu’elle était contente de rentrer chez elle. Son père lui avait manqué. Sa maison lui avait manqué. Sa chambre lui avait manqué. Bon, si sa belle-mère avait pu crever entre temps ça lui aurait fait plaisir mais bon … Elle en doutait. D’ailleurs elle savait bien que justement, cette connasse avait un truc à lui dire. Mikayla espérait qu’elle allait demander le divorce. Enfin … Ca aussi c’était peu probable. Quel dommage d’ailleurs. Mikayla aurait été tellement ravie d’être débarrassée de cette sale garce. Malheureusement …

- Mikayla !

Hein ? Que ? Ah ! Son père venait d’ouvrir la porte et l’attendait visiblement avec impatience. Ah, ce qu’elle pouvait l’aimer, son petit papounet. Il avait toujours était un type génial avec elle. Il l’avait bien élevée – oui bon avant qu’elle ne devienne un loup et donc une garce – et il avait toujours été aux petits soins pour elle, malgré son statut de père célibataire. C’était un homme, un vrai, un dur à cuir et si quelqu’un avait dans l’idée de s’en prendre à lui, elle lui pètrait la tronche, foi de Davis. Comment pouvait-on vouloir faire du mal à un type pareil ? Il était tout ce qu’elle ne serait jamais : la gentillesse, le respect, l’affection …

- Papaaaaaaaa !

La jeune femme n’y tenant plus, elle court vers son père et laissa tomber ses bagages dans l’entrée, pour lui sauter dans les bras. Elle le sera fort contre elle, chose qu’elle ne faisait quasiment jamais. Elle n’était ni câline, ni démonstrative, ni affective, mais son père avait le don de faire ressortir le meilleur chez elle et pourtant du bon, il n’y en avait pas beaucoup avec son sale caractère de cochon. A la place de l’Homme, j’aurais honte de ma fille. Pourtant, lui, il en était fier comme de la prunelle de ses yeux. Parce qu’il n’en avait plus d’autre peut-être allez savoir. C’est à cet instant précis que choisis de débarquer la belle mère de Mikayla. La saluant, elle lui fit un grand sourire, sourire que Mikayla préféra ignorer. C’était de la faute de cette garce que Mikayla était devenue comme ça et à cause d’elle aussi que Mikayla avait tué sa sœur. Alors qu’elle aille au diable et qu’elle arrête de lui sourire ainsi, comme si elles étaient de grandes copines.

- Salut à toi, être inférieure. Je ne te demande pas comment tu vas, puisque je m’en fiche.
- Mikayla !

Levant les yeux au ciel, la jeune femme ramassa ses affaires qu’elle monta dans sa chambre. Rha, elle qui espérait un bon retour à la maison, il fallait que cette espèce de pimbêche lui traine dans les pattes. Mais qu’elle aille au Diable, merde. Mikayla ne voulait qu’une chose : être seule avec son père. Pour le restant de ses jours. Elle ne voulait pas de cette femme qui avait ramené un loup garou dans leur maison, qui était donc ainsi responsable de la nouvelle nature de Mikayla. Non, elle n’en voulait pas. Morte de faim pourtant, la jeune femme se devait de faire des efforts. C’était l’heure du déjeuner et elle allait devoir le passer avec son père … et avec la race inférieure. Grunt. Inspirant longuement, Mikayla ignora sa crise de rage et redescendit les escaliers, pour aider son père à mettre la table. Ils se chamaillèrent gentiment, se balancèrent des couverts et des serviettes à la figure et rirent aux éclats. Jusqu’à ce que l’être inférieure ne fasse son entré dans la pièce et que le sourire de Mikayla ne s’éteignent de nouveau.

- Hey , tu sens l’alcool ! Qu’est-ce que tu as encore fais ?
- Moi ? Rien ! Tu sais très bien que je ne bois jamais papa.
- Mouais …
- Allez, c’est de bonne guère ♥
- Je suis content que tu sois rentré.

Oui et elle était contente aussi. L’être inférieure ne pourrait pas gâcher ce qu’il y avait entre elle et son père. C’était hors de question. Alors, malgré toute sa mauvaise volonté, Mikayla consentit à rester calme, pendant tout le déjeuner. Et un plat de lasagnes plus tard, elle accepta même de faire la vaisselle en compagnie de l’être inférieure. Elle accepta même de discuter avec elle, sans pour autant se montrer charmante ou sympathique. Son père avait bien le droit d’être heureux. Elle lui devait bien ça ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gryffondor
avatar





• Crédits Kit : Shyia & Tumblr
• Parchemins écrits : 189


lumos maxima


MessageSujet: Re: • Shut up, bitch • One shot   Sam 2 Fév - 11:15


Shut up, bitch ♪

Mardi 2 novembre 2021

Mikayla était aux anges. Si son père l’avait un peu engueulé – normal quoi – parce qu’elle avait bu, il avait pourtant laissé passer. Et pour cause, il l’avait pas vu d’puis longtemps alors il avait pas envie d’lui prendre la tête. Surtout qu’il connaissait sa fille donc il savait bien que ça pouvait tourner facilement à une guerre ouverte avec elle. Il l’avait donc laissée tranquille pour cette fois, non sans râler quand même. C’était sa p’tite princesse, elle était toute à lui, la seule qui lui restait. Enfin bref. Finalement, Mikayla était partie s’coucher tôt parce qu’après une nuit, blanche, elle le méritait bien. Bon j’vous l’accorde que personne l’a obligée à s’faire une nuit blanche mais bon. Tout ça c’était la faute d’Ashley t’façon. Mauvaise foi bonjour …
Mais si elle était tellement contente c’parce que son père lui avait promis de l’emmener à la mer demain. Juste eux deux. Et là forcément elle était grave ravie. Bon ils pourraient pas s’baigner par ce temps. Mais elle s’en fichait parce que pendant toute une journée, elle s’rait débarrassée de l’être inférieur. Son père voulait passer un peu d’temps avec elle pour lui parler. Bref c’était trop cool.

Le lendemain matin, donc, la jeune femme c’était levé et était tout de suite partie prendre son p’tit déjeuner. Son père il avait dit que plus tôt elle serait prête et plus tôt ils partiraient. Alors vous pensez bien, elle s’était démêlée les ch’veux, elle avait mis un pantalon et un t-shirt, un gilet, ses chaussures et elle était prête hein. Pas maquillée, à peine coiffée … Elle avait juste prit la peine de balancer des affaires dans son sac et elle était d’ja prête à partir.
Et c’est en voiture qu’ils s’étaient rendus à la mer. Une mer quasiment déserte, sous prétexte qu’il commençait à faire un peu froid. Eh bien si les gens étaient frileux, ce n’était pas son cas voyez-vous. Elle sautillait déjà à l’idée d’passer du temps avec son père. Lequel trainait un peu trop à son goût. Bon, certes, il était un peu vieux mais quand même il pouvait pas s’bouger un tout p’tit peu l’cul son petit papounet adoré ?

- Bon, tu t’grouilles ou on établit un campement à la voiture ? J’sais que t’es vieux mais quand même.
- Fait gaffe la naine, je suis pas encore assez vieux pour te foutre à la flotte.

Ah oui tiens, ça elle y avait pas pensé. Souriant d’un air angélique, elle attendit sagement, son sac sur l’épaule, trépignant cependant d’impatience. Quand son père la rejoignit enfin – il avait pris l’temps d’se faire beau ou quoi ? – elle l’attrapa par le bras et le tira vers le bord de mer. Hop, hop. Ni une, ni deux, elle enleva ses chaussures pour mettre les pieds dans l’eau. Abandonnant ses affaires sur le bord de la plage, elle invita son père à en faire de même. D’abord silencieux en marchant dans l’eau, son père, visiblement soucieux, finit par laisser entendre sa voix.

- Comment ça se passe à l’école ?
- Bien.
- C’est tout ? Bien ?
- Ben … Tu veux que j’te dise quoi ?
- Tes amis, tout ça. Tes notes. N’importe quoi.
- Ma prof de défense contre les forces du mal est une salope. Enfin une salope je sais pas j’dirais même plutôt qu’elle est frigide mais bref c’est une connasse et j’peux pas l’encadrer. Sinon ben … Tu t’souviens d’Ash ? Son mec l’a trompé. J’ai cru que j’allais l’buter c’te enculer. Mais encore une fois, ma prof m’en a empêché. Oh et y a eu un fight dans la grande salle, à cause de Peperroni. Qu’elle bouffonne celle-là j’te jure. Et y en a une du crew, qui a lancé un sortilège sur sa sœur jumelle et ça a failli la tuer. Bref, la routine quoi.
- Ouais normal … Sinon, rappelle-moi qui t’as appris à parler comme ça ?
- On s’en branle.
- Ouais …

Retrouvant le silence tous les deux, ils continuèrent à avancer, avant que leur regard ne se croisent et qu’ils ne se mettent à rire tous les deux. Non mais quelle bande d’idiots. Surtout que franchement, est-ce que ce qui était normal pour Mikayla pouvait vraiment être normal pour son père ? Quand ça parlait de magie, il était forcément perdu, le pauvre homme.

- Tu te souviens, quand on venait là avec Teresa ?
- Oui …
- Elle adorait la plage …
- Oui …

Lui qui avait prévu de lui faire une annonce, maintenant qu’elle parlait de sa sœur, c’était très mal barré. Connaissant la sensibilité d’sa fille au sujet de sa défunte sœur, qu’elle avait elle-même tué, il préféra garder l’silence pour continuer à marcher. Mais alors que l’ambiance d’venait pesante le père eut un sourire malicieux. Ah ! Ah, ah !

- Hey, regarde.
- Quoi ?
- Mais ça là, regarde !

Alors qu’il pointait un coin d’eau du doigt, Mikayla se pencha pour voir ce qu’il lui montrait et … BAM. Elle bascula la tête la première dans la flotte. Oh le traitre ! Ouvrant la bouche d’un air choqué, elle courut après son père. Et pendant plus de dix minutes, ils parcourent la plage en courant que Mikayla ne jette son père dans la flotte aussi. Tous les deux trempés, ils avaient l’air de deux idiots et en plus elle avait pas pensé à apporter sa baguette avec elle. Courant vers la voiture, trempés comme deux cons ils s’emballèrent dans des couvertures. Bon. Et maintenant ?

- On fait quoi maint’nant ?
- On rentre à la maison avant d’attraper la mort …




Dernière édition par Mikayla J. Davis le Mer 13 Fév - 3:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gryffondor
avatar





• Crédits Kit : Shyia & Tumblr
• Parchemins écrits : 189


lumos maxima


MessageSujet: Re: • Shut up, bitch • One shot   Mer 13 Fév - 3:49


Shut up, bitch ♪

Mardi 2 novembre 2021

Les voilà déjà de retour à la maison. Certes la journée était passée très vite et finalement ils n’avaient pas eu l’occasion de beaucoup se parler, trop occupés à faire les andouilles mais Mika était aux anges. S’il y avait bien une personne sur cette terre qu’elle aimait c’était son père. Fut un temps elle appréciait aussi sa belle-mère. Mais c’était avant qu’elle soit responsable de la nature de Mikayla. Responsable ? Mika l’croyait. Fallait bien l’dire, c’était elle qui avait quitté un loup-garou pour c’mettre avec son père et c’était donc sa faute si le loup était venu chez eux un soir de pleine lune, exprès pour se venger. Elle avait d’la chance d’être encore en vie. D’la chance ? Au vue d’sa nouvelle nature, elle aurait préféré mourir. Parce que sa sœur serait encore en vie si elle était morte. Oh ! En voilà de sombres pensées. C’était son lot quotidien. C’était cqu’elle ruminait à longueur d’journée. Ca vous étonne toujours, qu’elle soit aussi agressive après ça ? La pauvre gamine … Elle n’avait que quoi … Dix ans, à l’époque ? Ce n’était qu’une enfant. Elle n’avait jamais voulu ça. Jamais. Et c’était à cause d’sa belle-mère, qu’elle payait l’prix.

Arrivée à la maison, son sourire n’la quitta pourtant pas et c’était bien curieux d’la voir comme ça. Oh quand elle était avec son père c’était souvent l’cas. Mais là, elle retrouvait sa maison et donc la belle-mère qui allait avec. Alors ouais généralement elle aurait eu tendance à plutôt faire la tête, juste pour montrer à cette emmerdeuse qu’elle était pas désirée. Parce que c’était l’cas finalement : elle était pas désirée. Bon d’accord, son vieux père était devenu un genre de gars sensible vous voyez, il devait s’dire que comme il vieillissait, il devait s’caser avant d’commencer à perdre ses dents. Mais bon, p’tain il aurait pu s’caser avec une autre personne que cette idiote, blonde sans cervelle. Mais bon, là pour une fois elle continua à sourire malgré tout, surtout pour pas gâcher c’moment important qu’elle partageait avec son père. Poussant la porte, elle put cependant constater qu’sa belle-mère attendait déjà dans le couloir. P’tain elle était obligée d’faire le chien d’garde et d’surveiller tout ce qu’ils faisaient ensemble ? Elle pouvait pas aller dans sa cuisine, faire à bouffer au lieu de venir glander dans l’entrée en les attendant, juste pour lui péter son bonheur ?

- Je vois que tu es de bonne humeur.
- Eh oui, même de voir ta tête, ça ne suffit plus à me donner envie de vomir.
- Je dois donc en conclure que tu prends bien la nouvelle.

La nouvelle ? LA NOUVELLE ?! Mikayla cligna des yeux plusieurs fois avec l’air de celle qui comprenait pas. En fait, c’était pas un air : elle comprenait pas. Mais elle lui sortait quoi elle ? Elle déraillait ? Elle était pas bien sérieux. Haussant et fronçant les sourcils successivement, la jeune femme se tourna vers son père qui semblait mal à l’aise et qui regardait ses bottes. Oh … Elle le sentait très mal là. Il s’passait un truc et même elle, qu’en avait genre rien à foutre de personne, elle pouvait l’remarquer. Et elle sentait qu’elle allait pas aimer ça, mais alors genre pas du tout. Se tournant de nouveau pour faire face à la race inférieure qu’était sa belle-mère, elle la regarda d’un air menaçant. Bon, c’était l’moment où elle lui disait d’quoi elle parlait ou sinon elle allait lui mettre une baffe. Son sourire disparaissant, elle commençait déjà à s’énerver toute seule. Et il y avait de quoi, à ses yeux.

- Ca dépend, qu’est-ce que j’aurais dû prendre mal ?
- Pour le bébé bien sûr !

Le … Le bébé ? Y avait pas d’bébé dans cette barraque, elle en était à peu près sûre. Elle était un peu trop grande pour être encore considéré comme un bébé. Oui, pour l’instant, les connections se faisaient pas encore son esprit. Elle regardait sa belle-mère avec l’air de celle qui clairement ne comprenait pas. Elle avait toujours cru qu’elle parlait un autre langage mais là elle en avait la preuve. Ils allaient manger du bébé ce soir au repas ? C’était ça qu’elle aurait du mal prendre ?

- Tu ne lui as rien dis …

Mikayla se retourna vers son père et le regarda longuement, ne comprenant toujours pas qu’est-ce que ça pouvait être que cette histoire de bébé. Définitivement, elle comprenait pas. Par contre, elle voyait bien qu’il était mal à l’aise puisqu’il continuait de regarder ailleurs. Et puis, elle comprit. La lettre qui lui annonçait qu’ils avaient quelque chose à lui dire quand elle rentrerait. Son père qui l’avait emmené à la plage, pour lui parler. Son air gêné, tout au long de leur balade. Son visage en décomposition quand ils avaient parlé de sa sœur. Mon Dieu … Le bébé n’était pas encore né, non, il allait naitre. Et Mikayla n’aurait pas pu expliquer le sentiment de détresse qui l’envahit soudain. Un bébé … Ils allaient remplacer sa sœur ? Sa sœur morte. Non ! Non ! Elle ne le permettrait pas. Elle ne le permettrait jamais. Ils n’avaient pas le droit. ILS N’AVAIENT PAS LE DROIT ! Sa sœur était morte par sa faute. Et maintenant ils voulaient en plus la remplacer. La remplacer ?! Ils n’avaient pas le droit !

- Mon dieu, ne me dis pas que tu as fait ça …
- Mikayla …
- Comment as-tu oser faire une chose pareille ? Comment tu peux envisager de la remplacer ! C’était ta fille ! TA FILLE ! Est-ce que tu te souviens d’elle ?! C’est ton idiote de petite amie qui est responsable de sa mort ! Et c’est avec elle, que tu fais un autre enfant ?! Avec elle ?! Tu devrais avoir honte ! Comment est-ce que tu as pu faire une chose pareille ?!
- Mikayla …
- TOI TA GUEULE !

Besoin d’air. Elle avait besoin d’air. Son cœur battait trop fort. Elle avait mal. Elle tremblait. Elle se sentait pâlir. S’évanouir. Elle allait s’évanouir. Elle se voyait encore, le matin de sa première transformation. Entièrement dénudée, recouverte d’un liquide rouge. Et elle avait ouvert les yeux. Elle baignait dans du sang. Dans son sang. Celui de sa sœur. Sa sœur dont il ne restait rien. Rien. Elle l’avait tuée. Elle avait lacéré sa peau. Elle avait ouvert ses entrailles. Il n’en restait rien. Rien. Et malgré sa forme à nouveau humaine, elle avait encore le goût de son sang dans la bouche. Elle l’avait massacrée. Elle avait tué sa propre sœur. Elle avait dormi dans son sang. Tout à cause d’elle. Et maintenant, ils voulaient avoir un autre enfant ? La remplacer ?! Comment pouvaient-ils faire une chose pareille ? Comment ? Elle sentit une main sur son épaule. Celle de son père. D’où il la touchait, ce sale traitre. Se dégageant rapidement, Mikayla s’adossa contre le mur le plus proche. Elle allait faire des dégâts. Elle se sentait bouillonnait. Elle était dans une rage folle.

- Mikayla je t’en prie …
- Nan ! Tais-toi ! TAIS-TOI ! Elle est morte ! Et toi tu veux la remplacer. Elle est morte et tu … T’avais pas le droit. C’était ta fille ! C’était ton enfant. Et elle est morte. Elle … Comment t’as pu faire une chose pareille ?!
- On va en parler, on est une famille, ça va aller.
- Nan ! On est pas une famille. Elle, elle ne fera jamais partie de ma fille. Je n’avais qu’une sœur et elle est partie, tu m’entends ?! Elle ne reviendra pas. Et jamais je ne la remplacerais. On est plus une famille. A ce jour, à mes yeux, vous êtes tous les deux morts aussi !

Folle de rage, de douleur et de désespoir, elle esquissa un pas en direction de l’escalier, mais son père lui attrapa le bras. Elle ne voulait pas. Elle ne voulait plus. Elle le haïssait. Elle refusait de l’écouter. Elle voulait le frapper. Elle voulait la tuer pour que cet enfant ne voit jamais le jour. Elle ne voulait pas leur parler. Plus jamais. Repoussant violemment son père, c’est en courant qu’elle rejoignit l’étage. Claquant sa porte qu’elle verrouilla à doubles tours, elle fit un pas vers le centre de la pièce. Puis un deuxième. Avant de s’écrouler à genoux, pleurant à chaudes larmes toute sa douleur et sa frustration.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gryffondor
avatar





• Crédits Kit : Shyia & Tumblr
• Parchemins écrits : 189


lumos maxima


MessageSujet: Re: • Shut up, bitch • One shot   Mer 13 Fév - 5:30


Shut up, bitch ♪

Mardi 2 novembre 2021

Des larmes. Des larmes … Elle pleurait. Oui, elle était capable de sentiments. Oui, elle ressentait des choses. Et c’était dans des moments comme ceux-là qu’elle se disait qu’avoir des sentiments, c’était … horrible. Douloureux. Elle voulait s’arracher le cœur de la poitrine. Elle voulait s’arracher les yeux pour s’empêcher de pleurer. Le souffle coupé, elle finit par sécher ses yeux. Elle n’avait pas le droit de pleurer. C’était une meurtrière et elle méritait sa souffrance. Raison pour laquelle elle ne montrait jamais ses sentiments. Elle n’en avait aucun droit. Elle le méritait. Elle … Elle était folle de rage. Ils n’avaient pas le droit de faire un truc pareil. Ils n’avaient pas le droit. Se relevant soudain elle fit plusieurs pas en avant. Elle arriva près de sa commode, où trônait fièrement un certain nombre de photos. Elle les fixa en silence. Et dans un geste incontrôlé, elle les balança toutes parterre. Les cadres se brisaient. Elle en fit de même avec ses tiroirs, qu’elle retourna. Son armoire y passa ensuite. Et tout ce qu’elle trouva sur son chemin. Et pourtant, rien ne réussit à la calmer. Rien. Elle voulait foutre le feu à cette baraque pour que tout le monde y trouve la mort. Ça aurait pu être une bonne idée.

- Mika, ouvre cette porte s’il te plait. On doit parler.

Non, ils ne devaient pas parler. Elle n’avait plus rien à lui dire. Mais comment s’échapper d’ici ? Elle ne voyait qu’une solution. Il n’y avait qu’une personne qu’elle avait envie de voir en cet instant. Sa meilleure amie. Elle serait probablement la seule à vouloir l’écouter. Elle serait sans doute la seule à pouvoir l’épauler. Sortant une feuille de papier et un stylo – moldu – de ses affaires, Mika s’installa parterre pour entreprendre de lui écrire. Juste pour la prévenir qu’elle arrivait. Juste pour qu’elle ne soit pas surprise de la voir débarquer.

« Chère Ashley

En route pour venir chez toi.
Longue histoire.
Me demande pas de t’expliquer.
Trop compliqué.
Arriverais demain.

Mika ».


Une note bien courte et bien mystérieuse qu’elle fit disparaitre d’un coup de baguette. Le mot arrivera bien chez Ashley, d’une façon ou d’une autre. Elle aurait aussi pu utiliser un hibou, mais il n’y en avait pas, dans cette maison moldue. Et de toute façon, les animaux ne l’aimaient pas. Des nouveaux coups furent frappés à sa porte. Elle fronça les sourcils et les ignora. Récupérant sa valise, qu’elle avait emmené en arrivant, elle fourra le plus de vêtements possibles dedans. Elle n’avait aucune envie de revenir ici alors elle voulait emmener tout ce à quoi elle tenait. Et ne plus jamais les revoir. Jamais. Les coups s’arrêtèrent. Elle passa son sac à dos sur ses épaules et pris sa valise. Partir. Loin d’ici. Coute que coute. Ouvrant la porte à la volée, elle tomba nez à nez avec son père, qu’elle bouscula pour le forcer à s’enlever du chemin.

- Où est-ce que tu vas ?
- N’importe où, tant que c’est loin d’ici.
- S’il te plait attends. On peut en parler ?
- Il n’y a rien à dire. Laisses-moi partir. Et n’essaye pas de me retrouver. Je ne veux plus vous voir. Plus jamais.

Tandis que son père continuait ses jérémiades, la jeune femme continuait de s’en aller. Plus question de rester ici. Plus jamais elle ne reviendrait sur ses pas. Qu’il ait un nouvel enfant si tel était son souhait. Elle s’en fichait. Elle n’aurait pas une nouvelle sœur. Jamais. Et certes, l’enfant à venir n’avait rien fait pour mériter cela. Mais son père si. Sa belle-mère aussi. Le cœur douloureux, Mikayla ouvrit la porte d’entrée et continua son chemin, sans même se retourner. Peut-être allait-elle le regretter. Mais pour l’heure elle s’en fichait. Elle voulait qu’on lui foute la paix. Elle ne voulait plus jamais revenir ici. Elle voulait juste les faire disparaitre, pour toujours. Elle n’avait plus de famille. Non, tout était fini …

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé






lumos maxima


MessageSujet: Re: • Shut up, bitch • One shot   

Revenir en haut Aller en bas
 

• Shut up, bitch • One shot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lumos Maxima 3.0 :: Contes de Beedle le Barde :: Lumos Maxima V.03-