AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 ••• L'amour est une faiblesse • [EVA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gryffondor
avatar





• Crédits Kit : Shyia & Tumblr
• Parchemins écrits : 189


lumos maxima


MessageSujet: ••• L'amour est une faiblesse • [EVA]   Ven 22 Nov - 0:18


L'amour est une faiblesse


Samedi 9 octobre 2021

Bam, bam, bam. Son cœur se contracta violemment, sans que personne ne comprenne pour quoi. En même temps avant que quelqu’un ne comprenne quoi que ce soit, il aurait déjà fallu que quelqu’un se rende compte de quelque chose. Car quand la jeune femme avait vu ce hibou voler tout près d’elle, un masque de dureté et de froideur c’était peint immédiatement sur son visage. Ne rien ressentir, feindre l’indifférence. Ah … si seulement on pouvait supprimer les sentiments aussi facilement. La jeune femme ne recevait jamais de courrier et n’en envoyait jamais non plus d’ailleurs. Elle n’en envoyait pas, parce que généralement, les hiboux refusaient de s’approcher d’elle. Si elle n’en recevait pas en revanche, c’était bien parce que seul son père était capable de lui écrire et qu’elle avait tout bonnement interdit à son géniteur de lui envoyer le moindre courrier depuis le jour où quelqu’un avait failli découvrir son secret en tombant sur l’une de ses lettres. Alors … Que faisait ce stupide hibou à voler devant elle en lui tendant la patte ? C’était déjà une suffisamment mauvaise journée comme ça, fallait-il encore qu’on y ajoute une lettre mystérieuse ? Prise de panique – et clairement contrariée – la jeune femme tendit la main et l’attrapa. L’enveloppe fut détachée au moment même où l’oiseau lui pinça le doigt de son bec. « Saleté de bestiole », râla-t-elle, ses yeux d’un bleu océanique lançant soudain des éclairs furieux.

Sans un mot pour ses amis, sans même finir son petit-déjeuner, la jeune femme se leva d’un geste souple et quitta la table, indifférente aux regards que pouvait lui lancer les autres Gryffondor. Elle n’avait pas la moindre intention de lire cette lettre devant qui que ce soit. Elle trouva alors une salle de classe vide, au premier étage, dans laquelle elle s’enferma. Seule, elle prit enfin son courage à deux mains afin d’examiner l’enveloppe d’un peu plus près. Elle reconnut immédiatement l’écriture fine et penchée de son père et ne put s’empêcher de sourire. Elle n’avait jamais été réellement capable d’en vouloir à son père, bien que pour le coup, elle ne manquerait pas d’emprunter le hibou de quelqu’un pour lui envoyer une lettre afin de l’engueuler pour lui avoir fait la peur de sa vie. Fronçant les sourcils, la jeune femme entreprit, pas très sûre d’elle cependant, d’ouvrir l’enveloppe. Elle constata alors qu’elle était trop lourde pour ne contenir qu’un vulgaire bout de papier, mais elle était trop curieuse de savoir pourquoi son père avait bravé son interdiction pour faire attention à ce qu’il pouvait y avoir d’autre dans le paquet. Les doigts tremblant, elle défroissa la feuille et entreprit de déchiffrer son écriture quasiment illisible.

«  Ma très chère Mikayla,

Je sais qu’aujourd’hui est un jour particulièrement difficile pour toi et je sais aussi que tu prétendras que tout va bien, simplement je te connais mieux que ce que tu peux penser. Je sais également que tu vas m’en vouloir, mais je tenais absolument à te faire parvenir quelque chose. Il n’y avait rien auquel elle tenait plus qu’à ce bracelet. Je suis sûre qu’elle aurait voulu qu’il soit à toi, maintenant.
Essaye de ne pas trop m’en vouloir.
Je t’embrasse.

Papa ».

Les doigts tremblant, incertaine, elle se concentra sur ce que contenait l’enveloppe. Elle en retira un bracelet en argent, sur lequel scintillait une unique perle d’un rouge sanglant. Une petite plaque y était accrochée, semblable à celle d’une gourmette, sur laquelle on pouvait lire en lettre dorée le mot Hope. Et ce n’était pas un hasard, puisqu’il s’agissait du prénom de sa sœur. Sa grande sœur, qu’elle avait tant aimée. Elle n’avait jamais quitté ce bracelet. Jusqu’à ce jour, où la vie lui avait été arrachée. Jusqu’à ce jour où Mikayla l’avait dévorée … Luttant contre les larmes, faisant appel à son orgueil et à sa fierté pour ne pas changer, elle ferma le bracelet autour de son poignet avant de fourrer la lettre dans sa poche et de quitter la salle vide. Il était hors de question pour elle de se laisser abattre. Elle grimpa donc les escaliers, mais sur le palier du deuxième étage, elle croisa un jeune homme qui la dévisageait des pieds à la tête. Quoi ? C’était quoi son problème à cet idiot ? Fronçant les sourcils, elle oublia sa volonté de rester calme et marcha en sa direction. « Quoi ? C’est quoi ton problème ? », grogna-t-elle en le bousculant. Il marmonna alors quelque chose qu’elle ne parvint  à comprendre. Et c’était fini. S’en était fini de sa volonté. Elle lui balança son poing dans la figure, la rage s’emparant. Mais ce n’était pas lui. C’était elle. Elle avait tué sa sœur. Frappant de toutes ses forces, comme une furie, elle ne faisait plus réellement attention à tout ce qui se passait autour d’elle. Elle frappait, cognait de toutes les forces de ses bras frêles. Et les coups  lui étaient rendus, mais elle n’en tenait pas compte. La douleur n’importait que peu. Elle avait tué sa sœur et si aujourd’hui, c’était le triste anniversaire de sa mort, c’était uniquement sa faute. Le jeune homme la repoussa brusquement et sa tête heurta le mur derrière elle. Il en profita pour prendre la fuite et elle, elle resta là, parterre dans le couloir. Son cœur battait la chamade, mais elle ne semblait plus être elle-même. Et soudain, comme si son corps était passé sur pilote automatique, elle se releva. Sa lèvre saignait et ses mains étaient elles aussi couvertes de sang. Un coup d’œil lui permit de remarquer qu’elle était au deuxième étage et que donc, elle pouvait se rendre aux toilettes de Mimi Geignarde, où elle serait sûre d’avoir la paix. Parcourant le peu de distance qui la séparait des lieux, elle ouvrit alors le robinet d’eau froide, des gémissements parvenant à ses oreilles. « Dégage Mimi, me fait pas chier ! », hurla-t-elle, folle de rage et en proie à la folie. Elle se rinça les mains pour en enlever le sang, avant de se passer de l’eau sur le visage. Un coup d’œil au miroir l’informa que sa lèvre saignait toujours, mais vu la profondeur de l’entaille, elle n’était de toute façon pas prête de se refermer. Son reflet lui renvoyait une image insupportable, une image dont, elle était sûre, sa sœur aurait honte. Et soudain, sans qu’elle ne s’y attende, elle s’effondra à genoux, les larmes ruisselant sur ses joues pâles et humides.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poufsouffle
avatar





• Crédits Kit : //
• Parchemins écrits : 42


lumos maxima


MessageSujet: Re: ••• L'amour est une faiblesse • [EVA]   Ven 22 Nov - 10:59



Mikayla & Evangeline
« L'amour est une faiblesse »

Elle avait du mal à ne pas rigoler, alors qu'elle mordait dans le cou du jeune homme pour ne pas éclater de rire. La situation était des plus ridicules, vraiment... Si elle avait su, elle aurait refusé. Quoique non, elle n'aurait échangé sa place pour rien au monde tant ce qui était en train d'arriver avait un côté absolument fantastique. Elle le sentit bouger, et elle lui donna une petite tape pas bien forte pour ne pas faire de bruit, avant de tirer sa tête en arrière pour lui lancer un regard signifiant qu'il ferait mieux d'arrêter avant qu'elle se fâche. Elle n'avait pas envie de se faire remarquer, surtout après avoir compris de qui il s'agissait quand elle l'avait entendu râler après Mimi.
Sauf que les gémissements qu'elle avait entendu, ce n'était pas vraiment Mimi qui les avait produit, mais plutôt Evangeline quand ce crétin qui se trouvait avec elle avait pensé être drôle en continuant ce qu'ils faisaient malgré la présence d'une personne. Oui d'accord, l'écoulement de l'eau pouvait masquer les bruits, mais l'adolescente n'était pas franchement toujours silencieuse dans ce genre de situation. Le couple (si on pouvait les qualifier ainsi sachant que le jeune homme avait une petite amie que la rousse détestait soit dit en passant) avait choisi ces toilettes justement pour ne pas avoir à s'inquiéter du passage des gens. Mais visiblement, ils s'étaient lourdement trompés.
Levant les yeux au ciel, Evangeline se demanda combien de temps elle pensait rester ici, parce que là, ça commençait sérieusement à durer. Et à vrai dire, elle n'aurait pas tendu l'oreille, sans doute n'aurait-elle pas entendu ce qu'il se passait de l'autre côté de la porte des toilettes. C'était comme si... Elle pleurait ?
Oh, for pete's sack... Really ?
Ca avait de quoi briser toutes les libidos du monde ça. Et la jaune et noire dû retenir un soupir à fendre la pierre avant de tapoter l'épaule du pauvre garçon qui serait sans doute des plus frustrés. Et elle aussi, elle le serait. Mais là elle n'avait juste plus envie. Elle lui fit signe de reculer en détachant ses bras de lui avec un certain regret. Il la reposa, clairement déçu, et ils remontèrent ce qu'il y avait à remonter pour couvrir des choses qui ne pouvaient être vu hors de cette cabine.
Elle replaça machinalement une mèche de cheveux, récupéra son sac abandonné au sol et lissa sa jupe en la réajustant quelque peu, voilà, c'est fait, et maintenant, il fallait sortir de la cabine.
Terrific.

Elle défit le loquet qui grinça, évidemment, ainsi que la porte à peine entrouverte. Bon, pour la discrétion elle repassera. Mais de toute façon, deux personnes qui sortent dans l'allée principale entre la porte et le lavabo, c'était pas franchement le truc le plus silencieux du monde. Surtout pas avec l'eau qui parfois s'infiltrait sur le sol. Elle passa donc la tête à travers la porte et pu voir que la personne présente n'était autre que Mikayla.
Il lui semblait bien avoir reconnu son timbre de voix mélodieux et son calme perpétuel. Elle dû se pincer les lèvres pour ne pas éclater de rire en la voyant là en train de pleurer. Voilà qui était inhabituel. Finalement, le garçon derrière elle s'impatienta et la poussa un peu pour pouvoir passer. Il ne s'attarda pas sur la Gryffondor effondrée, ce n'était pas son problème, et en tant que Serpentard il préférait partir loin. Il connaissait la réputation de la brune, pas la peine de se mettre bêtement en danger.
Pour sa part, Evangeline avait décidé qu'aujourd'hui elle serait téméraire. De toute façon, la rouge et or semblait dans un état trop lamentable pour lui faire quoi que ce soit, elle laissa donc un sourire fleurir sur ses lèvres lorsque la porte des toilettes se fut fermé.

« Bah alors Davis, y'a un truc qui va pas ? On s'est fait piquer ses BN au déjeuner ? » Non, les deux adolescentes ne s'appréciaient pas vraiment plus que ça, et c'était de notoriété public. Leurs disputes étaient bien connues dans les couloirs de Poudlard, même si Eva partait toujours avant de s'en prendre une (ou tout du moins essayait).
Ceci dit elle avança jusqu'aux lavabo. Elle avait besoin de se laver les mains et de s'asperger un peu le visage d'eau. Et puis de refaire aussi son maquillage. Très important. Elle avait probablement perdu la moitié de son rouge à lèvre dans des activités précédentes. Et sa coiffure avait dû aussi être toute aplati à l'arrière de son crâne, elle devrait lui redonner du volume.
Ah, tant d'efforts à faire pour pouvoir être la plus belle. Ou tout du moins être encore plus belle que la plus belle qu'elle était déjà. Il fallait toujours se dépasser dans la vie.
Les malheurs de Mikayla, dans tout ça ? Bah elle s'en fichait un peu et n'écoutait pas la réponse qu'on avait pu lui apporter, peu importe de quoi il s'agissait. Des sanglots ? Rien à foutre. Des cris ? Rien à foutre aussi. Elle, elle se lavait les mains, c'était tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gryffondor
avatar





• Crédits Kit : Shyia & Tumblr
• Parchemins écrits : 189


lumos maxima


MessageSujet: Re: ••• L'amour est une faiblesse • [EVA]   Dim 24 Nov - 11:12


L'amour est une faiblesse


Samedi 9 octobre 2021

Les larmes ruisselaient sur ses joues, geste de faiblesse qui ne lui ressemblait pourtant pas le moins du monde. Et elle aurait refusé de se laisser abattre, face à qui que ce soit, d’ailleurs. C’était à la base la raison pour laquelle elle était allée s’enfermer dans les toilettes de Mimi Geignarde, parce qu’à cause de cette idiote de fantôme, personne n’aimait s’y rendre et elle avait eu dans l’intention d’avoir enfin la paix. Qu’elle naïveté … Elle aurait pourtant du savoir que rien ne se passait jamais comme on le voulait et malheureusement c’était bel et bien le cas pour le coup. Elle ne s’était donc pas attendue à ce qu’une porte s’ouvre et qu’un horrible grincement la tire de ses sombres pensées. Sursautant, ne s’attendant pas à trouver quelqu’un par ici, qu’elle ne fut pas sa surprise de voir qu’il s’agissait d’Evangeline, une jeune fille qu’elle détestait depuis … la première fois qu’elle l’avait vu, pour tout dire. Et la jeune femme semblait en très bonne compagnie, accompagnée d’un jeune Serpentard qui ne tarda pas à quitter les lieux, visiblement plutôt en colère, voir … terriblement frustré. Il ne fallut que quelques secondes à la jeune Gryffondor pour comprendre que ce qu’elle avait surpris n’était pas les gémissements de Mimi, mais plutôt ceux de cette pétasse et … et en fait ce n’était pas franchement surprenant, si on y pensait. Evangeline avait sans doute la réputation de la pire salope dans cette école. Enfin … Après Peperoni. Et après Mikayla elle-même d’ailleurs. Mais du point de vue de Mikayla, c’était sans doute la plus belle garce que le monde eu du supporter et elle ne pouvait pas comprendre qu’une fille pareille ne meurt pas piétinée par un hippogriffe.

Enfin bref. Se redressant d’un geste rageur, la jeune femme dévisagea le jeune Serpentard qui quittait les lieux et sécha ses larmes, presque honteuse d’avoir pleuré. Pour les gens normaux, pleurer n’était pas forcément un crime, mais pour elle, c’était tout autre chose. Elle ne supportait pas l’idée que quelqu’un puisse voir sa fragilité, elle qui n’était qu’un bloc de glace pour la plupart des gens qui la côtoyaient. Mais surtout, elle n’aurait jamais supporté de pleurer devant Ashley qui était pourtant sa meilleure amie alors l’idée même de se laisser ainsi aller aux larmes devant cette fille qu’elle détestait tant, la mettait dans un état de rage tel qu’elle n’en avait jamais connu auparavant. Elle serra la mâchoire, ses poings l’imitant et elle se retenait de ne pas frapper la jeune Poufsouffle qui ne lui avait pourtant encore rien fait. Ses joues se tintèrent de rouge tandis qu’elle observait l’intruse qui venait tout juste de prendre la parole. Et pour le coup, la jeune Gryffondor voyait littéralement rouge. Elle ne savait pas ce qui la mettait dans un tel état de rage, si c’était simplement parce que c’était Evangeline ou bien si c’était parce qu’elle se sentait honteuse de s’être ainsi laissée aller aux larmes, il n’empêchait qu’elle avait bien envie de frapper quelqu’un et que ça risquait d’être sur Evangeline que ça tomberait.

- Tu te crois drôle Hopkins ?

La colère faisait trembler sa voix. Cette pétasse était vraiment la pire chose qui avait pu lui arriver dans la vie. Du moins c’était ce qu’elle en pensait, là tout de suite à cet instant. Et tandis qu’Evangeline entreprenait de se refaire une beauté – ce qui vu sa tête risquerait de lui prendre du temps, pensa-t-elle – Mikayla, elle, tentait de reprendre son calme. Elle se mettait rarement dans de tels états, mais quand cela arrivait, elle savait qu’elle pouvait se montrer très méchante et que si elle ne se calmait pas … Mais elle ne pouvait pas se calmer. C’était plus fort qu’elle. Elle avait succombé à ses émotions et la seule personne qui en avait été témoin était cette petite bécasse. Une chose qu’elle ne pouvait en aucun cas tolérer. Et puis, elle avait surtout besoin de passer ses nerfs sur quelqu’un. Soudain, sans crier gare, la jeune femme avança dans la direction dans la jaune et noire, qui se lavait les mains. L’attrapant par la nuque, elle la poussa en avant, sa magnifique chevelure rouge se retrouvant sous l’eau. Et si elle la noyait ? Eh bien tant pis. Qu’elle crève, ce n’était pas une grande perte. Elle ignorait combien de temps cela dura et si Evangeline c’était mise à protester, cela ne suffit pas à la faire réagir. Mais elle finit cependant par reprendre ses esprits et par se rendre compte de ce qu’elle faisait et relâcha la Poufsouffle, comme si soudain, elle s’était mise à brûler.

- Je te préviens Hopkins, ouvre ta grande bouche et raconte quoi que ce soit à qui que ce soit et je te réduirais au silence. J’espère que c’est suffisamment clair parce que je ne le répèterais pas deux fois espèce de garce.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poufsouffle
avatar





• Crédits Kit : //
• Parchemins écrits : 42


lumos maxima


MessageSujet: Re: ••• L'amour est une faiblesse • [EVA]   Dim 24 Nov - 15:26



Mikayla & Evangeline
« L'amour est une faiblesse »

Oui, elle se trouvait très drôle même. Se moquer de Davis avait toujours eu son petit effet sur la jeune femme. C'était une activité des plus appréciables à ses yeux, et elle ne pouvait pas manquer une telle occasion. Voir la Gryffondor pleurer avait de quoi réchauffer le petit cœur de la jaune et noire, alors pourquoi s'en priver après tout ? Surtout que ce n'était pas près de se reproduire, et vu la situation concasse dans laquelle elle se trouvait plus tôt et la frustration que son arrivée avait causé, elle pouvait bien lui offrir ce petit divertissement. Un peu plus et elle lui aurait lancé une mornille pour sa performance, mais elle n'en avait pas sur elle. Elle se contenta donc de hocher la tête avec un petit sourire fier à la question que lui posa Mikayla, avant de passer à côté d'elle pour aller jusqu'aux lavabos.
Elle ouvrit le robinet, la plomberie grinçant un peu avant que l'eau ne coule finalement. Elle glissa ses mains sous l'eau froide et ressentit un léger tressaillement à ce contact. Elle aurait apprécié une plomberie plus efficace pour pouvoir profiter d'eau chaude plus rapidement. Et alors qu'elle se disait ça, elle ne vit pas venir le geste de la brune qu'elle avait presque oublié pour l'occasion, si ce n'avait été son sourire qui flottait encore sur ses lèvres à cause de ses larmes. Oui, c'était cruel de sourire à cause de ça, mais quand on aimait pas quelqu'un, nécessairement, son lheur ne pouvait que nous plaire.
Lorsqu'elle sentit la main sur sa nuque, elle ne su pas vraiment comment réagir. Lorsque sa tête fut sous l'eau, elle commença à paniquer et à essayer de se dégager, sans véritable succès pour l'occasion, Mikayla se trouvant dans une position dominante qu'elle avait pu obtenir par l'effet de surprise. Et malgré son corps bien maigre elle avait une force insoupçonnée. Si bien qu'Evangeline ne parvenait pas à se dégager malgré les coups de pied qu'elle tentait de donner.
Elle commença à paniquer, sentant sa respiration devenir plus irrégulière, ne pouvant pas contrôle l'eau qui arrivait jusqu'à son visage. Heureusement que ses cheveux faisaient en partie barrière. Mais ça ne l'empêchait pas d'avoir peur, effroyablement peur même.

Lorsque finalement elle pu se dégager de l'emprise de Mikayla qui la libéra, elle n'écouta pas vraiment ce que disait. Elle essuya son visage, et de l'eau coula dans son dos à cause de ses cheveux complètement trempés. Mais elle s'en fichait un peu, elle était toujours sous le choc, puis quand finalement elle reprit ses esprits, ce fut pour froncer les sourcils et lever ses yeux d'un bleu cristallisé sur le visage de Mikayla.
« What. The.. Fuck...1 » Elle vint pousser la jeune femme avec violence pour l'éloigner d'elle, quitte à la faire de cogner contre quelque chose ou tomber. Elle s'en fichait, et elle avança vers elle pour la pousser à nouveau avec cette même violence, le tout en parlant (quoique crier serait plus juste..) « ... is fucking' WRONG with ya ?!1 »

Ce qu'il venait de se passer, ce n'était pas sans lui rappeler certains événements marquant de son enfance, lorsqu'elle se trouvait encore en famille d'accueil moldue. Parce qu'à l'époque elle était différente des autres enfants, qu'ils ne la comprenaient pas, qu'ils la croyaient folle à lier. Comme sa mère. Alors qu'en fait c'était juste qu'elle était une sorcière, même si parfois elle craignait d'avoir simplement craqué et de s'inventer un monde. Même si elle avait peur de se réveiller un jour pour découvrir qu'elle avait rêvé ce monde, qu'elle avait tout inventé.
Et se retrouver ici, à devoir revivre ça... C'était particulièrement rageant. Lorsqu'elle avait découvert le monde sorcier, elle s'était dit tout ça, elle n'aurait pu à le vivre. Et elle avait eu tort. Incroyablement tort. Il n'était donc pas étonnant que le comportement de Mikayla l'énerve profondément. Et puis quel être humain aimerait être traité comme ça, sincèrement ? D'accord, son propre comportement n'était pas des plus exemplaires, mais elle ne faisait que reproduire le schéma qu'elle avait connu au cours de longues années.
Toujours énervée et choquée, et sans doute effrayée si elle l'avait admis, elle ne s'arrêta donc pas, la poussant toujours.
« Espèce de timbrée ! De dégénérée ! Fuck ya, ya fuckin' fuck ! »
Elle leva à nouveau les mains pour la pousser encore comme elle semblait vouloir le faire. Pour l'éloigner avant de s'approcher à nouveau. Si elle savait à quel point cet acte s'avérait prémonitoire, sans doute cela l'aurait fait rire. Mais fort heureusement, elle ignorait encore le destin qui lui était réservé.

_________________
1 Putain, mais... qu'est-ce qui va pas chez toi ?!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gryffondor
avatar





• Crédits Kit : Shyia & Tumblr
• Parchemins écrits : 189


lumos maxima


MessageSujet: Re: ••• L'amour est une faiblesse • [EVA]   Mer 27 Nov - 3:21


L'amour est une faiblesse


Samedi 9 octobre 2021

Jamais de sa vie, Mikayla n’avait ressenti une telle rage envers une seule personne. Mais pas envers Peperroni, pour tout dire. Ce n’était pourtant pas nouveau qu’elle haïssait Evangeline, mais jamais ça n’avait été au point de se demander si ça pouvait être cool, de la tuer. Pourtant dieu sait que ça lui aurait fait plaisir d’être débarrassée de cette emmerdeuse une bonne fois pour toute. Oui mais voilà, Mikayla avait beau avoir commis un meurtre atroce – dont elle n’était techniquement pas responsable, mais bon, ça c’est un tout autre sujet dont je vous laisserais discuter avec sa conscience – ça ne voulait pas pour autant dire qu’elle était capable de tuer quelqu’un comme ça. Une chance pour Evangeline qui aurait pu finir noyée. Ou étranglée. Ou … Enfin bref, vous avez compris l’idée, pas la peine d’en rajouter. Ca aurait été tellement facile pourtant. Ce n’était pas les petits coups de pieds que cette bécasse tentait de lui donner qui allaient l’effrayer. Elle aurait pu s’en débarrasser vite fait. Et pourtant … Elle l’avait laissé partir.

Elle le regretterait sans doute bien assez tot. Soit parce qu’Evangeline lui ferait payer, soit parce qu’elle la dénoncerait à la direction ou à un professeur. Quoi que … Peut-être qu’après cet évènement, cette idiote aurait assez peur pour ne pas risquer de s’approcher de Mikayla avant un bon moment … C’était quelque chose à méditer. Pour l’heure en tout cas, la jeune femme dévisageait la jaune et noir avec un air mauvais. Elle tremblait encore de rage, tandis que lentement, ce qu’elle venait de faire lui montait au cerveau, alors même qu’elle prenait conscience de ses agissements. Et si ça avait été quelqu’un d’autre que Hopkins, peut-être même que cette personne aurait eu droit à des excuses. Malheureusement pour Evangeline, elle était elle-même, cette peste narcissique qu’il fallait ramener sur terre et Mikayla n’était pas désolé le moins du monde. Enfin si, peut-être un peu, mais elle n’allait pas non plus se risquer à lui dire, quand même.

La jaune et noire parvint à reprendre ses esprits bien plus vite que Mikayla elle-même. Elle était toujours paralysée par ce qu’elle avait fait et par la rage qu’elle ressentait, quand elle entendit sa détestable voix lui lacérer les tympans. Bordel, elle ne pouvait pas juste fermer sa gueule ? Elle avait peut-être envie de refaire un tour sous le robinet ? La garoute fronça les sourcils, ne s’attendant pas à ce que la Poufsouffle se retourne vers elle et se mette à la bousculer. Que … Putain, mais à quoi elle jouait ? Elle était suicidaire ? Et bien que la jeune femme hurlait, Mikayla éclata soudain de rire, semblable à un rire démentiel. Au secours, cette fois c’était clair, elle perdait la tête, la pauvre fille. « Ce qui va pas chez moi ? Tout va bien, merci de t’en soucier », trancha-t-elle d’une voix glaciale. Mais la jeune femme ne semblait pas l’écouter, tandis qu’elle continuait à la pousser.

Et Mikayla recula, jusqu’à heurter le mur derrière elle. Une douleur sourde s’éveilla dans sa tête, mais ce n’était rien comparé à sa lèvre qui saignait toujours. Son père, quand elle était petite, disait qu’on ne pouvait pas souffrir de deux endroits en même temps, qu’une douleur faisait toujours oublier l’autre. Eh bien … Il n’avait peut-être pas tort, finalement. Mais rien n’importait pour la jeune Gryffondor, ni que l’autre furie ne la pousse, ni qu’elle ne lui gueule dessus. Tout était bon à prendre pour oublier qu’aujourd’hui, elle fêtait l’anniversaire de la mort de sa sœur, même si pour ça elle devait souffrir. A croire qu’elle avait des tendances au sadomasochisme. Et soudain, malgré sa bonne volonté, elle finit par exploser. « Ta gueule, Hopkins, t’entendre est un vrai supplice, faire ta putain de gueule ! ». Sa voix résonné dans la pièce et elle crut un instant entendre un cri de Mimi. A moins que c’était le fruit de son imagination et qu’elle délirait totalement. « Qu’est-ce que tu as l’intention de faire ? Tu veux me faire mal ? Tu veux me frapper ? Alors frappe et arrête de parler ! ». D’un geste brusque, elle attrapa les poignets d’Evangeline, qu’elle maintint fermement entre ses doigts, pour l’empêcher de la pousser de nouveau. Mais au lieu d’essayer de lui faire mal,  elle approcha les mains qu’elle maintenait prisonnières de son visage et les relâcha tout aussi brusquement, comme si sa peau c’était mise à brûler. « Vas-y, frappe-moi espèce de garce. Qu’est-ce que tu attends ? Frappe-moi, si tu en as le courage, espèce de petite idiote ! ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poufsouffle
avatar





• Crédits Kit : //
• Parchemins écrits : 42


lumos maxima


MessageSujet: Re: ••• L'amour est une faiblesse • [EVA]   Dim 15 Déc - 3:09



Mikayla & Evangeline
« L'amour est une faiblesse »

La peur avait évidemment laissé la place à la rage qui semblait désormais complètement l'envahir, coulant dans ses veine aussi sûrement que son sang et venant alimenter un comportement dangereux comme il le ferait pour faire fonctionner ses organes. C'était sa façon à elle de contrôler sa peur en cet instant. Habituellement, elle fuirait pour se venger plus tard, mais actuellement, elle n'était pas franchement en mesure de faire quoi que ce soit. Elle avait juste envie de faire mal à l'autre timbrée qui venait de manquer de la tuer. Même si évidemment il aurait fallut un peu plus de temps pour le faire, puisque le débit du robinet n'était pas si important que ça (elle n'aurait pas voulu risquer de tâcher son uniforme avec de l'eau), le geste n'en restait pas moins particulièrement violent. Alors elle continuait de la pousser en l'insultant, bien gentiment certes, mais tout de même. Elle était plus friande de l'hypocrisie et des coups dans le dos qu'autre chose.
Mais ici elle avait choisi de faire face à Mikayla.
Surtout que celle-ci se laissait faire, ce qui agaçait d'autant plus la Poufsouffle qui aurait continué de la pousser si elle n'avait pas été arrêtée par Mikayla qui saisit ses poignets. Evidemment, à cet instant, son instinct lui hurla qu'elle avait fait une connerie. Mais elle ne recula pas, lançant un regard noir à la jeune femme qui se tenait face à elle et qui maintenait ses poignets, la forçant à l'approcher un peu trop à son goût en tirant sur ses mains qu'elle essayait de libérer pour sa part. Sans succès évidemment, jusqu'à ce qu'elle la lâche.
Evangeline frotta ses poignets là où elle l'avait serrée, sentant une légère douleur à cause de la force employée par la garoute. Cette fille était une brute. La rousse prit un pas de recul pour sa propre sécurité en continuant de la fusiller du regard.

Elle lui intimait de la frapper. Et sincèrement, Evangeline se dit durant quelques instants que c'était une bonne idée. Que ça serait bien fait pour la rouge et or et qu'elle n'aurait que ce qu'elle mérite. Parce que c'était une salope finie, et qu'elle ne voulait plus la voir. Plus voir sa tête, ni entendre sa voix. Elle voulait lui faire ravaler ses paroles et son air suffisant, démentiel aussi en cet instant. Comme si la frapper aller lui faire du bien. Et c'est quand elle réalisa ça qu'un air de dégoût se peint sur le visage de la jeune femme.
« Non mais t'es pas bien dans ta tête. Tu rêves si tu crois que je vais te frapper. » Elle prit un nouveau pas de recul en la dévisageant. « J'vais pas m'abaisser à te toucher, j'voudrais pas avoir du sang de sale pute sur les mains. »
Et de toute façon, elle n'avait pas envie de se casser un ongle pour cette garce. Elle n'en valait pas la peine. Elle n'était rien d'autre qu'une sorte de dégénérée qui faisait tout pour attirer l'attention sur elle en se battant et en faisant des trucs comme ça. Eva était certaine que si on lui avait donné un habit de clown elle l'aurait mis juste pour faire celle qui s'éclate mais voulait juste en réalité avoir l'approbation de ses pairs. C'était lamentable.
Inutile de dire qu'elle était totalement différente et que c'était pas par besoin d'attention qu'elle se comportait comme elle le faisait, évidemment. Comme si c'était son genre.
« T'en vaux vraiment pas la peine. »
Elle cracha presque ces mots avant de continuer à reculer jusqu'à lui tourner le dos pour rejoindre le lavabo où elle alla récupérer son sac, se baissant rapidement avant de le jeter sur son épaule. Elle regrettait profondément qu'il n'y ait pas d'autre sortie que celle qu'elle allait prendre, parce que si elle en avait eu une sur la continuité de sa trajectoire, ça n'aurait pas laissé l'occasion à l'autre folle de la rattraper ni rien. Ce qu'elle ne ferait peut-être pas, soit dit en passant. Mais avec les timbrés comme ça, on savait jamais vraiment à quoi s'attendre. Parce que si ça se trouvait, elle allait à nouveau essayer de lui faire mal. L'instinct de survie d'Evangeline lui hurlait donc de quitter les lieux sur le champs au lieu de rester ici plantée comme une idiote.
Son sac sur son épaule, elle commença à partir, reniflant un peu à cause du froid qui commençait à se faire ressentir. Si elle chopait pas un rhume, ça tenait du miracle sincèrement.
Sauf qu'elle s'arrêta sur sa course, et ferma les yeux un instant. Elle ouvrit son sac, en sortie une pochette, avec une petite croix rouge dessus. Le drapeau Suisse ? Non, bien sûr que non, c'était une trousse de soin. Et elle fit demi-tour, avant de la lancer à l'autre débile. Elle lui en voulait, elle avait envie de réduire sa face en bouillie. Mais Evangeline restait une Poufsouffle, et certes, elle n'était pas ce cliché ambulant de fille naïve, mais elle pouvait pas laisser l'autre pimbêche comme ça. Alors elle lui lança dès qu'elle pu.
« Et nettoie ça, j'voudrais pas qu'on croit que j't'ai touché. »
Ce qu'il y avait dedans, c'était des baumes de soin rapide principalement.
Elle fit à nouveau demi-tour pour partir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gryffondor
avatar





• Crédits Kit : Shyia & Tumblr
• Parchemins écrits : 189


lumos maxima


MessageSujet: Re: ••• L'amour est une faiblesse • [EVA]   Sam 4 Jan - 12:04


L'amour est une faiblesse


Samedi 9 octobre 2021

Elle tremblait de rage et pour tout dire, le fait qu’elle ne fasse pas une crise de nerf relevait franchement du miracle. Jamais avant elle n’avait été aussi en colère contre quelqu’un, au point de souhaiter sa mort et c’était peu dire quand on savait à quel point elle haïssait tout le monde, à quel point également il était facile de l’énerver. Elle n’avait jamais été quelqu’un de très patiente, mais en cet instant, elle démontrait surtout à quel point elle pouvait être stupide quand elle s’y mettait. Ce n’était pourtant pas une connerie : elle était persuadée que de se faire frapper pouvait lui faire le plus grand bien. En tout cas, ça aurait au moins eu le mérite de lui remettre les idées en place. Elle se battait souvent, mais souvent elle avait également le dessus. Pour une fois, elle s’était volontairement placée dans une position soumise et elle n’avait aucun doute quant au fait qu’Evangeline saisirait sa chance pour lui faire payer tous les coups vaches qu’elle lui avait déjà fait. Peut-être même qu’elle irait voir Peperroni plus tard, pour lui donner sa chance à elle aussi de se venger, histoire de … Oui, franchement, c’était un point à éclaircir, plus tard, si elle sortait en vie de ces toilettes.

Mais contre toute attente, Evangeline ne fit rien et pour le coup, Mikayla en était presque déçue. La rousse reculait sans aucun doute pour mettre de la distance entre elles. La garoute ne pouvait que la comprendre, elle devait avoir l’air d’une folle furieuse en cet instant. Peut-être était-elle folle d’ailleurs, qui savait. Il y avait de quoi se poser des questions. Dévisageant Evangeline en silence, guettant surtout un changement de réaction, Mikayla ne broncha pas, bien qu’elle tremble toujours de rage et de fureur. Elle n’arrivait toujours pas à dire ce qui avait provoqué en elle une réaction si violente, mais ce n’était pas trop compliqué de le deviner au final. Jamais elle n’avait encore montré sa sensibilité et elle était tout bonnement révoltée de l’avoir fait devant une fille aussi indigne d’elle. Jamais elle ne pourrait considérer la jaune et noir comme autre chose qu’une trainée et ça bah … ça jouait pas en sa faveur. Oui, Mikayla aussi était une trainée. Justement, c’était bien ça le problème. Elles jouaient sur le même terrain et donc fatalement, elles ne pouvaient pas s’apprécier. Il faut suivre un peu.

« Dis plutôt que t’as pas le courage pour ça. Les coups par derrière c’est plus facile que d’affronter ton adversaire. Evangeline Hopkins n’est qu’une lâche, tu parles d’un scoop », siffla-t-elle entre ses dents, furieuse. Ses mots avaient été crachés comme du venin et s’ils avaient été de l’acide, Evangeline en aurait eu la peau brûlée. Son regard, son expression, tout en elle ne cessait de montrer un mépris grandissant pour cette hypocrite doublée d’une lâche. Elle n’en valait pas la peine ? C’était plutôt qu’elle n’avait pas assez de courage pour cela. Absolument rien dans le ventre, elle n’était qu’une grande gueule parmi les autres, un peu à la lumière de Peperroni qui elle aussi ne cessait d’affirmer à qui voulait l’entendre qu’elle n’avait pas peur, mais qu’elle n’avait jamais vu vraiment contre attaquer finalement. Mais la brune n’ajouta rien, se contentant de dévisager la rousse d’un air féroce. Elle n’allait pas tenter de la retenir, ça vaudrait mieux. Dans l’état où elle était, elle ignorait ce qu’elle aurait été capable de faire et pour tout dire, elle se faisait peur à elle-même. Aussi, quand la rouquine ramassa ses affaires, elle se contenta de hausser les sourcils.

« C’est ça, casses-toi », persifla-t-elle, avec toujours cette même expression de mépris et de dégoût. Elle voulait se retrouver seule, ne plus avoir besoin de parler. Elle avait surtout besoin de se calmer et de reprendre contenance. Et tant qu’elle y était, elle voulait soigner sa blessure, avant qu’on ne remarque encore qu’elle s’était battue. Et à cet instant, contre toute attente, elle vit la rouquine s’arrêter pour sortir un objet de son sac que la garoute identifia comme une trousse de soin. Que … Voilà donc qu’elle la prenait par pitié ? La réplique cinglante de la Poufsouffle ne suffit à étouffer le sentiment de dégout envers elle-même qui prit la Gryffondor à la gorge. Elle pouvait tout supporter, sauf l’idée de faire pitié à quelqu’un. C’était exactement pour cette raison qu’elle ne parlait jamais de sa sœur, de sa condition lupine, de sa famille … Elle était bien trop fière pour avoir l’idée de faire pitié à quelqu’un. Se remettant en mouvement, elle avança droit vers Evangeline, la fixant d’un air mauvais et féroce. Elle agrippa son bras brutalement, la lèvre inférieure tremblant de rage. « Je … ne … veux … pas … de ta … pitié », articula-t-elle difficilement. Elle était si près d’Evangeline en cet instant que leurs visages se touchaient presque. La rouquine avait beau être plus grande qu’elle, elle dégageait en cet instant un tel sentiment de puissance qu’elle en était … effrayante. Elle fourra la trousse dans la main d’Evangeline et la fixa droit dans les yeux, une flamme semblant briller dans ses pupilles. « Je veux rien de toi, tu m’entends ?! RIEN ! », s’exclama-t-elle, hurlant même le dernier mot. Son sang battait dans ses tempes, violement, lui donnant mal au crâne. La tête lui tournait et elle se demanda un instant si elle n’allait pas vomir. Mais son instinct la poussa à faire quelque chose qu’elle n’aurait jamais imaginé faire de toute sa vie. Attirant brutalement Eva, elle posa ses lèvres sur les siennes avec une certaine brutalité, sa langue cherchant la sienne avec avidité. Mais ça n’avait rien de romantique, rien à voir avec ce qu’on pouvait voir dans les films à l’eau de rose. C’était brutal, c’était violent et son sang se mêlait à leur salive. Elle exprimait ainsi toute sa fureur, toute sa haine, toute sa colère. Elle sembla cependant se rendre soudain compte de ce qu’elle était en train de faire et mordit brutalement la lèvre de la jeune femme, avant de la repousser comme si sa peau c’était soudain mise à brûler. Elle la dévisagea avec un air d’extrême perplexité, reculant de plusieurs pas, incapable de comprendre ce qui l’avait poussée à commettre ce geste insensé …


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poufsouffle
avatar





• Crédits Kit : //
• Parchemins écrits : 42


lumos maxima


MessageSujet: Re: ••• L'amour est une faiblesse • [EVA]   Lun 6 Jan - 3:02



Mikayla & Evangeline
« L'amour est une faiblesse »

Evangeline avait toujours assumée d'être lâche. Lâche et non violente. Alors pour avoir déjà obtenu une réaction pour le moins physique tout à l'heure, c'était que Mikayla avait fait fort. Très fort. Elle devrait plutôt se sentir touchée d'ailleurs d'être une des rares personnes à être parvenue à obtenir ce type de réaction chez l'adolescente. Ou bien était-ce plutôt inquiétant, difficile à dire.
Mais malgré cette lâcheté et cette colère et rancoeur qu'elle éprouvait à l'encontre de la garoute, elle restait une personne profondément humaine. Plus que tous ceux en tout cas qui l'avaient martyrisé durant son enfance. Et que tout ceux qui l'avaient encore fait à Poudlard. Alors elle envoya la trousse de soin à la brune, ce qui était loin d'être un geste de pitié. Elle n'était pas de ceux qui éprouvaient de la pitié pour leurs pairs.

Lorsque Mikayla revint vers elle, Evangeline eut un geste de recule en premier lieu mais ne pu pas vraiment le poursuivre puisqu'elle lui agrippa le poignet. Elle la serrait bien trop fort, et la rousse essaya de se dégager, quelque peu inquiété du comportement de son aînée qui commençait sérieusement à être flippante. « Lâche-moi ! C'était pas... » Mais elle fut interrompue par la louve qui ne voulait rien entendre, alors qu'elle essayait toujours de récupérer sa main et son poignet. Mais c'était peine perdue, et alors qu'elle était entièrement concentrée sur cet objectif, elle ne vit pas arriver la suite. Mais vraiment pas.
Car alors qu'elle tirait tant bien que mal sur son bras, Mikayla s'était rapprochée, en l'attirant insidieusement à elle, et n'avait rien trouvé de mieux à faire dans un excès de rage que de l'embrasser. Autant dire que le geste avait été plus que surprenant, et qu'Evangeline n'avait pas vraiment eu l'occasion de réagir que déjà la rouge et or venait envahir sa bouche, fourrant sa langue à la recherche de la sienne. Un goût métallique venait se déposer sur ses papilles au cours de ce baiser sur ses lèvres, et si elle avait été plus alerte et moins sous le choc, sans doute aurait-elle devinée qu'il s'agissait du sang de la brune. Sa lèvre avait dû se rouvrir à force de parler (pour dire des inepties) et suite à la violence du geste qu'elle accomplissait.
Et en effet, ça n'avait rien de romantique.
Fermant les yeux plus par dégoût en attendant que ça passe, la jeune femme lâcha un cri surpris et douloureux lorsqu'elle se fit mordre la lèvre. Elle n'avait rien contre un peu de sauvagerie dans ses relations, mais là ce n'en était pas une. Alors elle n'appréciait pas vraiment de se retrouver ainsi violentée.

Lorsque finalement ce qu'elle qualifierait plus tard de calvaire en le racontant à Ashley prit fin. Elle resta immobile quelques seconds, le regard dans le vide, sous le choc, avant de se réveiller. Et là elle n'eut pas vraiment le temps de réfléchir, car le geste vint s'imposer à elle de lui-même.
La claque retentit entre les murs froids des toilettes de Mimi Geignarde.
En même temps, quelle personne normale réagirait autrement ? Le geste avait été trop agressif, trop inattendu, trop... tout.
« Mais t'es malade ?! T'es... complètement... dégénérée ! »
Et venant d'une fille comme Evangeline, c'était vraiment pas un compliment. Et se faire repousser par une des plus grosses garces de l'école aussi, ceci dit. Il faut dire, elle avait rarement autant détesté quelqu'un, mais ça n'en restait pas moins sans doute vexant. Même si ça indiquait clairement qu'elle n’éprouvait pas la moindre pitié pour la jeune femme à qui elle aurait volontiers offert ses faveurs pour la réconforter si ça avait été le cas. Parce qu'elle était pas si dégueulasse que ça mine de rien.
Mais là, juste... Non, ça n'allait vraiment pas être possible.
Pas comme ça.

Ceci dit, la jeune femme prit du recul par rapport à Mikayla avant de se diriger d'un pas rapide vers la porte en prenant le risque de la quitter des yeux. No way elle restait ici. Trop risqué. Elle préférait largement se faire la malle. Rien à foutre des insultes de lâche qu'elle prendrait. Même si elle se tourna une dernière fois vers Mikayla avant de claquer la porte pour lui lancer un dernier avertissement.
« Ne m'approche plus jamais, espèce de tarée. »
Ca, c'est dit.
Et elle disparaît derrière la porte des toilettes pour aller se réfugier dans son dortoir où elle serait en sécurité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gryffondor
avatar





• Crédits Kit : Shyia & Tumblr
• Parchemins écrits : 189


lumos maxima


MessageSujet: Re: ••• L'amour est une faiblesse • [EVA]   Ven 17 Jan - 10:17


L'amour est une faiblesse


Samedi 9 octobre 2021

Et maintenant, il ne lui restait plus qu’à disparaître. Elle n’avait plus qu’une envie, qu’un gouffre s’ouvre dans ses pieds et qu’elle ne puisse plus en sortir avant disons … mille ans ? Elle avait entendu l’histoire d’un élève de Serpentard qui à l’époque des frères Weasley, c’était perdu dans une armoire à disparaître … Peut-être pourrait-elle réitérer le même exploit ? Quoi qu’il en soit, il était hors de question pour elle de la regarder, de lui parler, de … Bref, d’interagir de quelque façon que ce soit avec elle. Elle ne parvenait toujours pas à s’expliquer la logique de son geste, peut-être simplement parce qu’il n’y en avait pas. Elle avait agi sous le coup de l’impulsion, de la colère. Jamais encore auparavant elle ne s’était sentie à ce point désespéré et à cet instant, embrasser Evangeline lui avait semblé comme … une bouée de sauvetage. Non, il n’y avait absolument aucune logique à un tel geste et pourtant, malgré son état de colère et de désespoir avancé, une part d’elle avait aimé cela. Sans doute le côté bestial de la chose, allez savoir. Ou peut-être que les courbes affolantes de la jeune Poufsouffle ne la laissait pas si indifférente que ça, bien qu’elle ne l’avouerait jamais.

Et finalement, elle se fichait pas mal de la réaction d’Evangeline. Elle était prête à y faire face, prête à subir sa colère surtout, puisque c’était sans doute ce qui l’attendait. Elle avait dépassé les bornes et pour la première fois de sa vie, elle était parfaitement disposée à le reconnaître. Après tout, dans son cerveau, elle ne cessait de se demander ce qui l’avait pris, qu’elle mouche avait bien pu la piquer pour qu’elle agisse ainsi. « Ecoute … », commença-t-elle, dans l’idée de lui dire qu’elle n’aurait jamais dû faire ça et qu’elle regrettait, même si prononcer ces mots lui aurait sans doute été douloureux. Mais elle ne termina jamais sa phrase. D’abord parce qu’elle croisa le regard de la jaune et noir et que son regard n’incitait aucunement au dialogue. Elle semblait furax et franchement, il y avait très certainement de quoi. Ensuite, parce que la réaction de la jeune femme ne se fit pas attendre et que la claque qui suivit la prise de court. Elle ne s’était pas attendue à s’en prendre une et elle s’était encore moins attendue à ce que ça fasse aussi mal.

Bouche-bée, abasourdie, la jeune lionne fixait la rouquine avec une étrange expression, qui pouvait presque faire penser à de l’admiration. Jamais Mikayla n’aurait pu imaginer la pousser à bout au point de lui faire perdre ainsi les pédales. Elle avait toujours vu Evangeline comme une hypocrite et comme une jeune femme qui n’assumait rien. Pour le coup, elle remontait très légèrement dans son estime, même si elle se trouvait toujours en dessous des chiens. Ainsi donc, elle avait plus de cran qu’elle ne voulait bien le laisser paraître. Une part de Mikayla devait avouer que ce côté bestial et furieux, ce côté animal et rageur lui plaisait bien. C’était … diablement sexy. Mais elle chassa très vite ces pensées de son esprit pour se recentrer sur ce qui se passait devant elle. Elle venait de se prendre une bonne gifle et … Et ça faisait un mal de chien. L’espace d’un instant, elle envisagea de rendre la baffe à la rouquine, avant de se rappeler qu’elle l’avait sacrément bien mérité. Maintenant, la seule chose qu’elle voulait, c’était que cette petite idiote se barre et qu’elle puisse enfin ruminer sa colère en paix. Elle était mortifiée, honteuse et elle voulait simplement se retrouver seule à déverser sa colère … en cassant tout sur son passage pourquoi pas.

La voix de la Poufsouffle se fit entendre et Mikayla fronça soudain les sourcils, comme si elle venait de sortir de sa torpeur. Ne plus jamais l’approcher ? Avec grand plaisir ! Elle aurait tout donné pour ne plus jamais avoir à se retrouver dans la même pièce que cette petite emmerdeuse qui l’avait poussé à bout à un tel point qu’elle ne parvenait même plus à se comporter normalement. Enfin, aussi normalement qu’elle ne puisse se comporter, cela va de soi. Elle se redressa alors de toute sa taille – c’est-à-dire pas très grande – et lança un sourire sarcastique en direction d’Evangeline. « Si tu crois que j’ai la moindre envie de me retrouver à nouveau avec toi », cracha-t-elle, sur le ton le plus méprisant dont elle était capable de faire usage, aux vues des circonstances. La jeune femme quitta alors les toilettes et Mikayla inspira profondément pour se calmer. Mais elle savait parfaitement que ça n’aurait aucun effet. Elle avait soudain une toute autre idée en tête, celle de rejoindre un petit ami qui saurait parfaitement comment la calmer. Elle n’était pas vraiment amoureuse de Dáibhidh, mais elle devait bien avouer qu’il avait toujours été un excellent souffre-douleur et qu’il savait parfaitement comment encaisser sa mauvaise humeur, tout comme il savait comment la calmer. Et alors qu’elle fulminait de rage, la jeune femme balança son sac sur son épaule et sans prêter attention à son air de sauvage, elle alla rejoindre le jeune homme dans la salle commune des Gryffondor …

• [ RP CLOS ] •

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé






lumos maxima


MessageSujet: Re: ••• L'amour est une faiblesse • [EVA]   

Revenir en haut Aller en bas
 

••• L'amour est une faiblesse • [EVA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lumos Maxima 3.0 :: Poudlard :: Le Deuxième Etage :: Les Toilettes de Mimi-