AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | .
 

 « Ils ont du bol les poissons rouges, parce qu'eux, au moins, on ne leur demande pas de sortir du bain... » [Asling]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité






lumos maxima


MessageSujet: « Ils ont du bol les poissons rouges, parce qu'eux, au moins, on ne leur demande pas de sortir du bain... » [Asling]    Sam 23 Nov - 7:11





Cyn' et As'









« Ils ont du bol les poissons rouges, parce qu'eux, au moins, on ne leur demande pas de sortir du bain... »





Vendredi 29 Octobre.

Je n'en pouvais plus. Ma semaine avait été particulièrement éreintante, entre les cours, les devoirs, les copains, et surtout, le pain que j'avais sur la planche afin de redorer mon image. Je me donnais vraiment un mal de chien pour parvenir à mes fins, mais je comptais bien atteindre mon objectif. Jusqu'ici, je n'avais essuyé que peu d'échec. Mais pour un sujet aussi important que ma réputation, il était évident, à mes yeux, que je parviendrais à redresser la barre. Les gens finiraient bien par oublier toute cette histoire, et je pourrais enfin prendre ma revanche. Cette situation m'obsédait presque, je ne me sentais plus très à l'aise à Poudlard, chose qui ne m'était jamais arrivée. Non pas que je n'étais plus bien dans ma peau, non, je me trouvais toujours aussi parfaite. En revanche, si les regards dédaigneux des autres élèves persistaient à me percer de part en part, j'en parviendrais à un tel point que je pourrais douter de moi-même. Depuis toujours, c'est le regard des gens qui façonne ma vision des choses, ma façon d'être, jusqu'à ma personnalité. Ce regard extérieur constitue le reflet que j'ai de moi-même, comme lorsque je me contemple dans une glace. Il était hors de question que j'en arrive à me rabaisser parce que les autres me juge avec mépris. La seule solution, c'est de lancer une rumeur tellement plus croustillante, qu'on en viendrait à oublier mon mensonge.

Mais pour le moment, j'étais trop épuisée pour m'atteler à cette tâche. Les vacances approchaient, et j'aurais tout le loisir pour élaborer mon complot durant celles-ci. Pour l'heure, je décidais plutôt de me détendre dans un bon bain. Hors de question, pour moi, de me retrouver dans la salle de bain des élèves de Gryffondor. Je valais bien mieux que ces équipements minimes, et ce n'est certainement pas une douche collective qui me détendrait. Je salivais d'avance à l'idée d'un bon bain chaud et mousseux dans lequel je pourrais me prélasser pendant des heures, les odeurs des sels de bain me chatouillant mes narines tandis que les bulles éclateraient sur ma peau. J'avais déjà enfreint le règlement à plusieurs reprises, et avais profité de la salle de bain réservée aux préfets de temps à autre. Je ne m'étais encore jamais fait prendre, mais cela ne m'effrayait pas plus que ça.

Je descendis donc des dortoirs afin de me diriger vers la salle commune. J'y croisais une partie de la Crew, leur adressait un signe de la main ainsi qu'un sourire avant de prendre la direction du couloir du cinquième étage. Je m'assurais notamment que personne ne me suive, aucun élève n'étant censé y roder, dans la mesure où s'y trouve uniquement les appartements des professeurs, ainsi que l'objet de mon envie de la soirée, la salle de bain des préfets. Bien plus spacieuse, bien plus luxueuse, cette dernière était tout simplement grandiose.

Je me faufilais discrètement à l'intérieur et refermait la porte derrière moi. Il était environs 22 heures, et en général, les préfets ne prennent pas leur douche à cette heure-là. J'étais donc tranquille pour un moment. Je fis couler l'eau brûlante dans l'immense baignoire, plus proche de la dimension d'une piscine finalement, et y versa quelques sels de bain magiques aux odeurs fruitées particulièrement agréables. Je me sentais déjà bien plus détendue rien qu'en les reniflant par-dessus le rebord de la baignoire, et bien loin de la dépression nerveuse que j'étais à deux doigts d'avoir dans le dortoir. Le temps que la baignoire se remplisse comme il se doit, je me déshabillais et m'enroulait dans une serviette de bain blanche immaculée qui reposait dans l'armoire des serviettes propres. Elle était incroyablement douce, et son contact sur ma peau qui l'était tout autant me tira un soupir d'aise. J'interrompis l'écoulement de l'eau et retirait ma serviette avant de la poser sur la chaise sur laquelle traînaient déjà mon uniforme de Poudlard.

Je me glissais à l'intérieur de la baignoire et frémit à la différence de température entre l'air déjà glacial et la température de l'eau. Je me délectais de ce moment de détente, jouant à souffler sur les bulles et la mousse tout d'abord. J'enclenchais alors le mécanisme magique de jets massant, et soupirais de satisfaction en sentant les courants d'eaux chaudes qui me massaient le corps. Vraiment, les préfets se mettaient bien, comparés aux autres élèves. Quelle chance ils ont ! Mais cela ne m'empêchait pas de profiter de leurs privilèges de temps à autres.

A ce moment précis, j'entendis la porte de la salle de bain s'ouvrir. Par pur réflexe indépendant de ma volonté, je fis un bond de deux mètres, en étouffant un cri de surprise, m'éclaboussant d'eau et de mousse au passage. Une silhouette se distinguait à travers le contre-jour de la porte. Mon deuxième réflexe, plus constructif mais parfaitement inutile, fut de prendre une grande inspiration et de m'enfoncer dans l'eau, espérant un miracle qui ferait que mon intrus ne me repère pas. Au bout d'une minute, je manquais déjà d'air et mon impatience prit le dessus. Je remontais à la surface, essuyait la mousse qui se trouvait devant mes yeux et constatait, sans grand étonnement, que la silhouette se trouvait à présent devant la baignoire, nullement dupée par ce stratagème digne d'un enfant de sept ans. C'était une silhouette masculine, aussi je vérifiais immédiatement que la mousse dissimulait bien ce qu'il fallait habituellement caché. Je fus rassurée de constater que c'était le cas.

- Je... Hum... commençais-je, cherchant à trouver une bonne excuse.

J'étais une excellente menteuse, là-dessus, je ne me faisais aucun souci. Mais alors que je faisais fonctionner mes méninges, je reconnu fini par reconnaître Asling, un ami qui faisait partie de la Crew. Nous nous connaissions depuis notre première année à Poudlard, et étions très proche. J'appréciais énormément le jeune brun, dont j'appréciais l'humour et la compagnie, aussi je me laissais aller à un rire démesuré. J'étais rassurée, pour moi, il ne faisait aucun doute, j'étais tombée sur la bonne personne. Je m'attendais pourtant à ce que son rire fasse écho au mien, mais j'aurais pu attendre longtemps. Un peu gênée, désormais, je lui lançais un regard exagérément innocent qu'il connaissait bien. Le fameux " C'est pas moi ! " que je prenais lorsque j'étais en faute, ce qui était souvent le cas.

- Allez, sois cool un peu, As' ... lançais-je d'un ton suppliant.

Puis je repris mes aises dans la baignoire en le jaugeant d'un air provocant.

- Non vraiment, être préfet, ça a quand même du bon. J'en serais PRESQUE jalouse...

Je ne savais pas vraiment quelle serait sa réaction, mais je m'en fichais quelque peu. Je n'en faisais qu'à ma tête, et il le savait très bien. Et puis, ce n'était pas comme si c'était un crime. Une simple entorse au règlement, tout comme bien d'autre qu'on avait pu commettre ensemble. Et même des biens pires. J'espérais juste sincèrement qu'il ne viendrait pas m'importuner, parce que je n'avais même pas eu le temps de voir le bout de mes doigts devenir fripé, signe que j'étais encore bien loin de m'être parfaitement détendue.

- Au pire, rejoins-moi ! proposais-je en lui adressant un clin d'oeil.

Evidemment, je plaisantais. J'avais cette tendance à lancer ce genre de phrases aguicheuses à tout va, mais tout cela n'était pas bien sérieux. Je n'avais jamais eu de petit copain, grande gueule, mais bien peu d'actes en comparaison. Puis dans un élan de culpabilité, j'ajoutais :

- Et si tu veux vraiment que je sorte, vas falloir me passer ma serviette, elle est hors de ma portée, et je n'aimerais pas que tu tombes dans les pommes face à ma plastique de rêve.

Et non, je ne plaisantais même pas. J'avais totalement confiance en mon physique, et je ne m'en cachais jamais.



© Macha


Revenir en haut Aller en bas
Gryffondor
avatar





• Crédits Kit : //
• Parchemins écrits : 27


lumos maxima


MessageSujet: Re: « Ils ont du bol les poissons rouges, parce qu'eux, au moins, on ne leur demande pas de sortir du bain... » [Asling]    Jeu 28 Nov - 0:37


• Vendredi 29 Octobre •



Ils ont du bol les poissons rouges, parce qu'eux, au moins, on ne leur demande pas de sortir du bain...
Asling sortait des cours tôt aujourd'hui. Et heureusement d'ailleurs puisque le jeune homme était mort de fatigue. Il avait passé une partie de sa soirée avec des amis dans la salle commune des Gryffondor puis un peu plus tard, il avait enfilé son badge de préfet pour aller accomplir son devoir - oui ça fait très héroïque tout ça. Il avait donc passé le reste et la fin de sa soirée à vérifier qu'il n'y avait pas de petits malins qui essayaient de filer en douce dans le parc ou dans les couloirs isolés - quoi que concrètement la nuit tous les couloirs son vides donc c'est pas forcement très utilise m'enfin bon - pour aller faire des conneries, des choses discrètes avec ce qu'il leur sert de conjoint ou on ne sait quoi. Surtout qu'Asling, il connaissait des bon trucs pour le niveau de connerie, parce qu'il faut pas se fier aux visages gentils ou d'anges de la majorité des Gryffondor, lui comme les autres adoraient faire de mauvais coups, particulièrement à ces saletés de serpents à sonnettes.

Bref, il s'était couché tard. Pour rien en plus puisqu'il semblerait que les gens aient décidé de rester sages cette nuit-là. Ils auraient pu faire un effort et au moins en faire sortir un ou deux dans les élèves pour l'occuper un peu. Ou alors lui faire passer un mot pour le prévenir, histoire qu'il soit au courant et qu'il ne perde pas sa soirée.  Mais en même temps, s'il n'avait pas eu à patrouiller comme un garde dans les couloirs, il serait resté avec ses amis et au final, il ne se serait pas forcément couché plus tôt. Et à voir s'il ne serait pas même resté dans la salle commune plus tard.

Donc je ne vous raconte pas le réveil. Il fallut presque un quart d'heure au jeune homme pour réussir à avoir le courage de pousser les couvertures de son lit. Et encore dix autres minutes pour que le Gryffondor ne se bouge.
Douche froide pour le réveiller, cela réussit un peu mais Asling ne souhaitait qu'une chose, retrouver les confortables matelas des lits de ce château.  Alors la journée de cours passa leeetemeeeent. Heureusement, en ce jour, il y avait entraînement de Quidditch l'après-midi à la demande de Potter. Il allait s'agir du dernier entraînement avant les vacances puisqu'elles commençaient le soir même - juste après le sport pour les joueurs. Et comme une partie de l'équipe rentrait chez eux, il fallait qu'ils se voient une dernière fois pour ne pas perdre la main pendant la pause. La saison reprendrait en même temps que les cours et il était hors de question qu'ils laissent le moindre avantage à ses idiots de Serpentards.

Et l'entraînement dura des heures. Longues et épuisantes. Asling qui avait été heureux de se rappeler que cette demie journée-là était réservée pour la pratique de son sport préféré - esprits pervers abstenez vous- avait zappé le fait qu'il avait à peine fermé l'oeil de la  nuit et que le résultat était que, une fois les looping, les poursuites, les tapages et visage de balles fini, il avait l'impression de peser cent tonnes et d'avoir mal partout - fin' c'était pas tellement une impression ça en fait. Et quand ils finirent, la nuit allait tomber, si bien qu'une fois leurs matériels rangés là où ils devaient être et que l'équipe sortit des vestiaires, la lumière sombre de la nuit avait déjà recouvert une partie du ciel.

Asling mourrait de faim avec toute  cette énergie dépensée et dès qu'il fut rentré au château, il se précipita dans la grande salle où était déjà présent la majorité des élèves et se jeta sur la nourriture dès que celle-ci apparut sur les grandes tables. Il adorait cette idée, le fait que la nourriture apparaissent sur les tables comme cela avec une quantité infinie de réserve. C'était vraiment l'un des meilleurs trucs qu'on pouvait voir dans l'école de magie. Rire et manger autour d'une table où la nourriture ne s'arrêtait jamais d'arriver. Franchement, que demander de plus ?

Mais après avoir mangé et avoir fait des heures de sport, Asling se sentait courbaturé et tendu. Le manque de sommeil commençait à se faire ressentir chez le jeune homme qui ne souhaitait qu'une chose, se détendre tranquillement. C'est alors qu'en repensant à la raison pour laquelle il n'avait pas pu dormir bien longtemps qu'Asling se souvint d'un des avantage d'être préfet dans cette grande école de magie qu'était Poudlard : la salle de bain des préfets. Une grande salle de bain dans laquelle ne pouvait se rendre que les personnes ayant été choisis par l'administration de l'école pour, disons...'surveiller' les autres élèves. Et pour l'avoir essayer plusieurs fois, le Gryffondor pouvait  vous assurer qu'elle était tout simplement géniale.

Alors il ne prit pas longtemps pour se décider. Sans même attendre d'avoir rejoint la salle commune de la tour, il se dirigea vers la dite salle. C'était un endroit presque désert où les élèves ne se trouvaient pas souvent. Même quasiment jamais à vrai dire - à part les préfets - car il ne s'y trouvait que les appartements des professeurs, et qu'aux dernières nouvelles, les élèves n'allaient pas dans les quartiers privés du corps professoral.
C'est ce que pensait le garçon, qu'il n'y avait personne. Il avait tort. Alors qu'il entrait dans la salle de bain et qu'il fit quelques pas à l'intérieur pour apercevoir le bain. Et à côté des affaires. De fille. Une préfètes peut-être ? Mais il ne voyait personne. S'approchant alors de bain, il attendit. Il n'était pas stupide merci bien. Et on pouvait bien se rendre compte qu'il y avait quelqu'un dans le grand bain. Un peu près une minutes passa avant que l'eau ne se mette à remuer. Et il fut assez surpris de voir sortir de l'eau quelqu'un qu'il connaissait bien, même plus que bien. Cynthia-Rose Adams. Qui essayait de se trouver une excuse. Mais qui se tranquillisa aussi tôt qu'elle le reconnu. Ils était amis depuis longtemps. Depuis leur première année en fait, lorsqu'ils avaient pris le train pour aller jusqu'à Poudlard.

Mais là, y'avait un soucis. Parce qu'il venait de la prendre en flagrant délie et que bin, il s'attendait pas du tout à la voir là. "Allez, sois cool un peu, As'..." Mouai. Il la connaissait trop bien pour croire qu'elle s'en voulait vraiment. "Non vraiment, être préfet, ça a quand même du bon. J'en serais PRESQUE jalouse..." Voilà, c'est bien ce qu'il pensait. Cependant, un léger sourire pu apparaître sur le coin de ses lèvres après cette réflexion. "Au pire, rejoins-moi ! " Beaucoup de garçons auraient dis oui, il ne fallait pas se voiler la face. Mais lui non, simplement parce qu'ils étaient amis depuis longtemps et qu'au fond, il n'était plus tellement à prendre.

"Et si tu veux vraiment que je sorte, vas falloir me passer ma serviette, elle est hors de ma portée, et je n'aimerais pas que tu tombes dans les pommes face à ma plastique de rêve." Asling se retourna en levant légèrement les yeux aux ciel, quel que peu amusé par le comportement de son amie. Attrapant la serviette il la donna à Cyn'.

"Non sérieux, qu'est ce que tu fais là Cynthia ? Tu sais très bien que t'as pas le droit de venir ici comme ça. C'est pas un open door comme endroit." C'était pas vraiment ce qu'il avait prévu comme fin de soirée. Non, pas du tout. Pas sûr qu'il se détende finalement. "T'imagines pas la galère maintenant." Ben oui, c'était son ami, mais il était aussi préfet. Et maintenant, il se trouvait dans un entre deux qui n'était jamais agréable.

"Tu sais quoi ? Commence par hum...te rhabiller, ce serait sympa."

(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

« Ils ont du bol les poissons rouges, parce qu'eux, au moins, on ne leur demande pas de sortir du bain... » [Asling]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lumos Maxima 3.0 :: Poudlard :: Le Cinquième Etage :: La Salle de Bain des Préfets-