AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Ronde de nuit avec Aylen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Métamorphose
avatar





• Crédits Kit : Bazzart
• Parchemins écrits : 70


lumos maxima


MessageSujet: Ronde de nuit avec Aylen   Jeu 16 Jan - 12:43


    Dans la nuit de vendredi 12 au samedi 13 novembre





    Une calme journée de repos passée à lire dans le canapé en surveillant du coin de l'oeil Aidan de temps à autre, aurait pu ne pas faire de mal, si seulement je ne devais pas passer la veille, toute la nuit à Poudlard. En effet, l'ensemble du corps enseignant avait été mis en œuvre pour faire des rondes de nuit dans le château. Vous me direz, on a toujours dû faire ça, mais suite aux événement récents durant le bal d'Halloween, notre vigilance et notre système de sécurité avait dû être renforcés. Désormais, nous devons faire les rondes à plusieurs pour montrer l'exemple. Et donc, comme si les nuits à arpenter les couloirs de l'école sombres, silencieux et déserts n'étaient pas suffisamment ennuyeux comme ça, il avait fallu que la directrice envoie la collègue que j'aimais le plus faire la ronde de cette nuit avec moi. Le terme « aimer » demeure tout naturellement une ironie, car il s'agissait d'Aylen Nott. Comme si cela ne m'avait pas suffit de m'être fait traitée d'incompétente la dernière fois ! Aujourd'hui j'allais passer toute une longue nuit avec elle, à devoir supporter ses manières de femelle arrogante et bien élevée. Je n'avais jamais supporté ses manières et j'éprouvais depuis que j'enseignais ici, une rancoeur sans pitié à son égard. Elle m'avait pris mon poste, et voilà que maintenant elle allait me prendre ma tranquillité. Je n'étais ainsi pas de bon poil après avoir appris la nouvelle, et au fond de moi, je n'espérais qu'une seule chose, c'est que la nuit passe le plus rapidement possible. Mais je savais pertinemment qu'elle allait être plus qu'ennuyeuse. Et j'avais été si irritée de lui avoir parlé la dernière fois, que cette fois j'avais bien l'intention de ne plus lui répondre. Car là avait été mon erreur. Et elle ne m'aura plus. Heureusement que cette chère directrice avait pitié de nos âmes en perdition et nous dispensait de cours à donner le matin avant d'attaquer une nuit blanche. Cela me contraignait de rester à l'école pour le dîner, mais lorsque cela se produisait je ne restais jamais dans les Grande Salle avec les autres professeurs et élèves. Je préférais me retirer pour dîner entre les quatre murs de mon bureau. J'évitais ainsi toutes les conversations futiles de bonne tenue pour ne pas laisser trop de « blanc », ce qui avait le don de m'énerver. Pourquoi les gens se sentaient-ils obligés de devoir parler pour ne rien dire, juste histoire d'entamer une conversation inintéressante ? Autant se taire dans ce cas-là. Mais je ne me sentais pas concerner par tout cela, préférant dîner seule. À la fin du dîner, j'attendis patiemment le couvre-feu en m'adonnant à diverses activités, comme par exemple un peu de rangement et de la lecture. Mais il fallut bien que l'heure fatidique sonna, celle du commencement de la ronde. C'est donc en poussant un gros soupire blasé que je range mon livre et mes lunettes de lecture. Bon, n'ayant aucune envie d'arriver en retard et de risquer qu'Aylen s'invite dans mon bureau en venant me chercher, je m'étais empressée de quitter le bureau juste après avoir rangé le livre. C'est ainsi d'un pas loin d'être opiniâtre que je me dirige vers la salle des professeurs, les mains dans les poches et traînant des pieds. Arrivée devant la statue, je vérifie de ne pas avoir été suivie, avant de lancer le mot de passe, et la statue s'incline avant de me laisser rentrer. Naturellement, Aylen était déjà là. Il était de mise de devoir s'organiser avant de partir en ronde de nuit, ne serait-ce que pour se mettre d'accord sur la première aile à arpenter. Je manifeste donc ma présence par un raclement de gorge, sans un mot de politesse, enfin sans un mot tout court, je viens m'adosser au mur non loin d'Aylen, les bras croisés et un fasciés irrité d'être là. J'attendais à présent ses propositions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DCFM
avatar





• Crédits Kit : //
• Parchemins écrits : 49


lumos maxima


MessageSujet: Re: Ronde de nuit avec Aylen   Dim 26 Jan - 11:07


Ronde de Nuit



Nuit du Vendredi 12 au Samedi 13 Novembre 2021


Aylen humidifia le bout de son doigt pour tourner la page de l'ouvrage qu'elle consultait. Assise à son bureau, puisqu'elle voulait rester disponible pour les élèves même en dehors des cours, elle en profitait généralement pour lire. Avoir la bibliothèque de Poudlard à disposition était une véritable bénédiction, surtout depuis qu'elle n'avait plus accès à celle du manoir Nott. Il s'agissait bien là d'une des choses qu'elle regrettait le plus depuis qu'elle n'adressait plus la parole à son frère. Elle avait tout de même commencé à établir sa propre collection de livre, mais la plupart étaient restés dans son appartement à Notthingam. Elle ne pouvait pas se permettre de tous les transporter jusqu'ici.
Elle étudiait majoritairement des ouvrages en rapport à la Défense Contre les Forces du Mal, ressentant le besoin de pousser ses études sur le sujet encore plus loin. Elle avait évidemment d'or et déjà un niveau d'étude et de pratique sur le sujet assez impressionnant, mais il était loin d'égaler ses connaissances en métamorphose, et elle ressentait cette différence comme un trou béant qu'il lui incombait de combler afin de réellement mériter son poste.
Achevant la lecture de ce passionnant chapitre sur Les utilisations de la Nécromancie : comment faire face au tabou qui soulève nos morts, elle poussa un soupir et regarda l'heure. Bien, il était plus que temps qu'elle se dirige vers la salle des professeurs. Elle était de ronde cette nuit, et être en retard serait bien mal vu. Si ses souvenirs étaient bons, trois équipes avaient été mobilisées pour la nuit : deux qui couvriraient le château à partir du couvre-feu, et l'autre qui surveillerait le parc. Autant dire que les nuits des professeurs étaient bien plus courtes depuis l'incident qui avait eu lieu à Halloween. Et si Aylen n'avait aucun mal avec ça, habituée à ce type de nécessité, elle sentait chez certains de ses collègues que c'était quelque peu... difficile à gérer.

Elle se leva doucement, saisit sa veste et la passa sur ses épaules avant de quitter le bureau. Elle suivit tranquillement les ombres des couloirs jusqu'à arriver à la porte de la salle de classe des professeurs, gardée par deux gargouilles. Evidemment, elle était en avance par rapport à Syrina. Ses deux autres collègues étaient présents et regardaient déjà sur un plan du château comment organiser leurs rondes. La jeune femme les salua et les laissa faire en allant s'installer dans son fauteuil favori. Ils l'informèrent qu'ils s'occuperaient des Serdaigle et des Gryffondor, notamment en patrouillant dans les étages supérieurs. Les rondes de la jeune femme se passeraient donc dans la partie plus basse du château.
Génial. Elle avait toujours rêvé de se balader de nuit dans les sous-sols et les cachots. Surtout en compagnie de sa plus grande meilleure amie. Elle se contenta de hocher la tête, et elle les laissa partie, attendant que Syrina arrive. Ce qui fut rapidement le cas.
Le raclement de gorge n'était pas particulièrement utile pour faire savoir sa présence, et Aylen se tourne vers elle. C'est qu'elle semblait irité, sa collègue. Bah, pas étonnant. Elle-même avait dû se retenir fortement pour ne pas râler d'avoir été mise en équipe avec l'enseignante de Métamorphose. Mais elle avait appris à travailler avec des gens avec qui elle ne s'entendait pas nécessairement au mieux, alors elle s'était tue. Elle ferait avec, et au pire elles verraient bien. De toute façon il était fort peu probable qu'il se passe quoi que ce soit. Avec les températures qui commençaient à sérieusement descendre, les élèves s'aventuraient moins hors de leur salle commune pour ne pas affronter le froid mordant de l'hiver à venir.

Finalement, la jeune femme se leva et se dirigea vers la carte du château mis à disposition pour les enseignants. N'ayant pas passé la plupart de sa jeunesse dans les couloirs à explorer, il fallait bien avouer que la jeune femme se disait que ça lui manquerait pour les rondes. Elle aurait peut-être dû amener sa nouvelle assistante avec elle. Vu son passé de trouble-fête, à ce qu'elle avait compris, elle aurait été des plus utiles. Mais après sa première semaines à travailler, elle devait avoir besoin de se reposer. Elle ne pouvait se permettre d'exiger ça d'elle dès la première semaine.
Elle fit signe à Syrina de s'approcher et s'éclaircit la gorge. Elles mettaient ça au clair, et puis elles pourraient y aller. Même si étrangement elle avait l'impression que ça ne serait pas si simple que ça. Bon.
« L'extérieur du château et les étages supérieurs ont déjà été pris par les autres groupes de surveillance. Il reste ceux allant des cachots au deuxième étage. Comme on a toutes les deux étudié à Serpentard, ces zones nous sont plus familières, donc j'imagine que ça sera plus simple. »
Ce qui était assez vrai au final.
« On ne peut pas se séparer pour couvrir plus de terrain, alors il va falloir se montrer efficace. Le plus évident étant de passer d'un endroit significatif à un autre en empruntant les chemins les moins usités. »
Ca semblait tout à fait logique à Aylen, dans la mesure où si elle devait elle-même sortir de son dortoir elle n'emprunterait pas la voix royale. C'est un coup à se faire forcément attraper. Elle observa la carte un instant avant de hocher la tête, retenant les trajets que les élèves devaient considérer comme sûrs.
« Ca vous ira ? »
Question simple qui ne nécessitait pas plus qu'un oui ou qu'un non. Durant son exposition, la voix d'Aylen était restée neutre. Ni glaciale, ni méprisante. Juste calme, comme si elle était détachée totalement des événements précédents.
Ce qui est probablement le cas.

••••••••••••••••

« Your life is fragile, just beginning, teetering on the violent edge of the world. Your sadness will bury you alive, and you are the only one who can shovel your way out with hardened hands and ragged fingernails, bleeding your despair into the unforgiving earth. »
A bouquet of clumsy word

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Métamorphose
avatar





• Crédits Kit : Bazzart
• Parchemins écrits : 70


lumos maxima


MessageSujet: Re: Ronde de nuit avec Aylen   Lun 3 Fév - 12:55

    Nos deux autres collègues s'étaient mis en route pour leur ronde. J'avais brièvement tendu l'oreille pour écouter ce qu'il se disait, et apparemment comme ils étaient arrivés en avance par rapport à moi, ils avaient prit l'avance de s'occuper des tours du château, des étages supérieurs et de l'extérieur. En somme le moins ennuyeux. En toute logique, il restait à Aylen et moi le soin de s'occupait des étages inférieurs, des cachots, les caves, les cuisines et tout ça. Mon dieu, quelle excitation, cette nuit allait être tout simplement géniale. Ironie bien sûr. Je n'en avais aucune envie. Et encore plus, je me fichais pas mal des élèves qui vadrouillaient la nuit dans les couloirs. Après tout, quel élève ne l'a jamais fait ? Même à la plus sage et sérieuse des étudiants de Serpentard comme je l'étais, cela m'était arrivé. Probablement à Aylen aussi. Enfin bon...cela faisait parti des obligations d'enseignants. Les nuits comme cela étaient payées le double, alors pourquoi pas une de temps en temps. Et finalement j'espérais croiser un ou deux élèves cette nuit-là pour exercer mon autorité et ma froideur. Cela égayerait ces longues heures. Nos deux collègues étaient donc partis les premiers. Il ne restait que moi et ma collègue pénible dans la pièce, alors en fin de compte je me décidai à m'approcher de la table où elle avait prit soin de disposer un plan du château. Les bras croisés et l'air méprisant je jetai un coup d'oeil à cette carte par dessus son épaule. Je restai silencieuse tandis que ma collègue expliquait en gros ce que j'avais déjà deviné. Ça coulait de source qu'il nous restait cette partie là à surveiller étant donné que nos collègues s'occupaient des autres lieux. Tsss...Aylen continuait-elle de me prendre comme pour une idiote incompétente comme la dernière fois ? En tout cas, elle agissait comme si rien ne s'était passé et cela avait le don de m'énerver encore plus. Devais-je me garder de tout commentaire pour bien lui signifier que j'étais vexée et que je ne comptais pas lui adresser la parole de la nuit ? J'aurais pu lui indiquer que je savais déjà de quelle partie on aurait à s'occuper, mais je ne voulais pas prendre le risque de me prendre une réplique cinglante en pleine face, de nouveau. Je me contente alors d'acquiescer par un grommellement.

    « Ça me va. »

    Ainsi nous n'avions plus de temps à perdre. Je me prépare en boutonnant mon long manteau noir et sort la première de la salle des professeurs, en faisant claquer mes talons sur les dalles, et les mains fourrées dans les poches après avoir rapidement remis mes cheveux en place. En espérant que l'humidité des cachots de Poudlard de les fasse pas friser, il ne manquerait plus que ça.

    « Bon alors, vous venez ? » fis-je froidement à l'adresse d'Aylen qui ne m'avait pas suivie dans l'immédiat. Nous nous mettons ensuite en route. Je prenais soin d'installer une distance raisonnable entre ma collègue et moi, gardant ma baguette dans l'une des poches de mon manteau.

    « Commençons par le deuxième étage. »

    Ce n'était pas vraiment une suggestion, mais je ne lui laissais pas le choix, car je m'étais déjà dirigée vers là-bas. Silence de mort. Le seul bruit que l'on entendait était le claquement de nos chaussures sur les dalles résonnantes du sol du hall d'entrée.

    « Je persiste à penser que c'est ridicule de devoir rester ensemble. Prenez l'aile est, je prendrais l'autre, et on aura qu'à se retrouver au même point une fois fait. Si mes souvenirs sont bons, il doit y avoir je ne sais quel passage secret derrière l'une des tapisseries. Surveillez là. » fis-je en râlant, sans adresser un regard à Aylen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DCFM
avatar





• Crédits Kit : //
• Parchemins écrits : 49


lumos maxima


MessageSujet: Re: Ronde de nuit avec Aylen   Mer 5 Fév - 11:17


Ronde de Nuit



Nuit du Vendredi 12 au Samedi 13 Novembre 2021


Ni protestation, ni cri.
Les choses se passaient mieux qu'Aylen l'aurait pensé pour le moment. Evidmment, ce n'était pas la panacée, mais c'était déjà quelque chose, dans le genre absence de conflit. Pas qu'elles aient réellement été en conflit par le passé, mais clairement le courant entre elles semblaient avoir du mal à faire son chemin. Alors c'était déjà un bon début. Même si le comportement de la femme semblait plus tenir de la bouderie que réellement autre chose. Enfin, tant pis, tant qu'elle faisait son boulot, la brune s'en fichait. Au contraire, ça l'arrangeait : ça lui éviterait les discussions houleuses pour se décider et les départs retardés. Déjà qu'elles étaient les dernières à prendre leur ronde...
Bon.
Rangeant la carte, Syrina la pressa d'y aller et Aylen poussa un léger soupir avant de secouer la tête. Elle sentait que cette soirée allait être longue étrangement.
Elle s'abstint de faire la remarque comme quoi elle n'aimait guère recevoir ce qui ressemblait à des ordres de la part de quelqu'un d'incompétent mais s'abstint, conservant un silence lourd de sens avant d'avancer. De toute façon il aurait bien fallu qu'elle avance à un moment ou à un autre. Elles s'avancèrent silencieusement pour prendre la direction du second étage. Dire qu'elles allaient passer leur nuit à aller d'étage en étage... ça risquait d'être... non pas sportif, mais en tout cas ça demanderait une certaine endurance. Elles prendraient sans doute une pause café de temps en temps, évidemment, mais ça n'empêchait pas.
Aylen vérifia rapidement la présence de sa baguette dans le holster qu'elle avait à sa ceinture.
Bien.

Finalement ce fut Syrina qui brisa le silence et Aylen tourna son regard vers elle en haussant un sourcil. Avant de pouser un soupir.
Really ?
La jeune femme dû se retenir fortement pour ne pas envoyer une réponse sèche et quelque peu méprisante à son interlocutrice pour lui expliquer rapidement les règles de sécurité de base dans ce genre de situation. Elle s'étonnait qu'elle ne les ait pas intégré déjà, d'ailleurs, puisque ça ne pourrait sans doute pas lui faire du mal. Quoiqu'elle semblait trop arrogante pour que cela serve à quoi que ce soit. Elle devait être de ces personnes qui se faisaient avoir par un orgueil trop débordante qui se retournait contre eux. Des proies faciles en somme. Le genre d'erreur qu'on fait facilement et qui sont impardonnables sur le terrain.

Parvenant à conserver un ton neutre, et à ne pas s'agacer du ton quelque peu impérieux employer par sa collègue, Aylen se décida à lui répondre. « Aussi ridicule que cela puisse paraître, il s'agit là de mesure de sécurité de base, que même des enfants de cinq ans peuvent mettre en application. Je ne pense donc pas qu'il soit particulièrement sage de se séparer, même si ça serait effectivement plus 'facile'. » Tout du moins ça rendrait le travail moins long. Et elles pourraient effectivement couvrir plus de terrain. Mais les professeurs faisaient déjà un excellent travail lorsqu'ils étaient simplement répartis à trois sur la même surface, seuls, alors il n'y avait pas de raison qu'elles se séparent.
« Ainsi nous ne nous séparerons pas, comme vous avez pu le comprendre. »
L'explication était bien évidemment restée calme, et elle était restée sur des données purement pragmatique. Elle avait toujours eu un petit côté Serdaigle, Aylen. Le ton laissait clairement transparaître que ça, ça ne souffrirait d'aucune négociation. Elles resteraient collées l'une à l'autre jusqu'à la fin de cette nuit, un point c'est tout.
Et puis Aylen s'en voudrait sans doute s'il devait arriver quelque chose à Syrina pendant qu'elle se trouvait loin d'elle. Pas dans le sens où elle avait une quelconque attache à son encontre, évidemment.
Plus dans celui qu'elle considérait que sa sécurité incombait en partie à ses responsabilités.

Elle pinça l'arrête de son nez entre deux doigts et retint un nouveau soupir. Elle aurait dû demander à Rachael de l'accompagner tiens, ça aurait été dix fois mieux. Sans doute Syrina aurait-elle été ravie de se voir libérée de son obligation. Et la gamine aurait été plus qu'heureuse de faire ces rondes sans doute.
La brune se demanda rapidement s'il n'existerait pas un moyen de faire passer le temps plus vite, par la même occasion, mais se rendit vite compte que c'était loin d'être si simple. Peut-être en essayant d'ouvrir la conversation... Non, mauvaise idée.
Nouveau soupir, cette fois.
« Ceci dit, on peut toujours demander aux tableaux de nous aider. »
L'avantage de vivre dans un château sorcier : les tableaux prenaient vie et pouvaient se déplacer d'une œuvre à une autre, pouvant largement facilité le travail des enseignants.

••••••••••••••••

« Your life is fragile, just beginning, teetering on the violent edge of the world. Your sadness will bury you alive, and you are the only one who can shovel your way out with hardened hands and ragged fingernails, bleeding your despair into the unforgiving earth. »
A bouquet of clumsy word

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Métamorphose
avatar





• Crédits Kit : Bazzart
• Parchemins écrits : 70


lumos maxima


MessageSujet: Re: Ronde de nuit avec Aylen   Mar 11 Fév - 11:45

    Mon dieu qu'est-ce que je donnerais pas pour faire avancer le temps et finir enfin cette longue nuit qui commençait déjà à être ennuyeuse alors que nous venions à peine de débuter. Je n'avais pas vraiment laissé le choix à Aylen en prenant la direction du deuxième étage en premier, après tout cela me semblait logique puisque c'était le moins long à parcourir. Après tout, si on terminait plus tôt la première ronde, on pourrait aller plus tôt en pause pour se reposer. Je pousse un long soupire. Oui, je n'ai que ça en tête. Surtout qu'Aylen commençait déjà à me prendre la tête en discutant ma proposition. Enfin, cela ressemblait plus à un ordre en fin de compte puisque je ne lui avais de nouveau pas laissé le choix. Seulement, ma collègue aussi était bien plus chiante que je ne le pensais. Elle ne voulait pas que l'on se sépare, prétextant qu'il fallait respecter les consignes de sécurité, me rabaissant légèrement au passage et me faisant passer une fois de plus pour une incompétente. En plus, cela nous aurait réduit le travail, mais non, Mademoiselle tenait absolument à me coller aux basques toute la nuit. Je fronce alors les sourcils, soupirant agacée.

    « Pfff mais réfléchissez donc ! Nous sommes des professeurs expérimentés, ce que nous risquons de croiser la nuit ici sont des étudiants encore en apprentissage ! Qu'est-ce que vous voulez qu'il nous fasse ? Tsss...M'enfin, qu'à cela ne tienne. Puisque de toute façon, je n'ai jamais mon mot à dire. C'est toujours vous qui avez raison, la sage parole de Mademoiselle Nott, naturellement. Pfff u__u »

    Je m'étais un peu énervée toute seule, après Aylen qui pensait toujours avoir raison alors que cette petite garce était de quatre ans ma cadette, non mais ! Elle me prenait vraiment pour la dernière des imbéciles et je détestais ça. Enfin...un peu de professionnalisme. Suite à ce petit haussement de voix, j'avais abdiqué en poussant un grognement et fourrant les mains dans mes poches, telle une enfant vexée qui boude. Ma collègue proposait maintenant que l'on demande l'aide des tableaux. Effectivement, je devais avouer que ce n'était pas une mauvaise idée. Ainsi, ils nous faciliteraient la tâche. J'arque un sourcil.

    « Hmm...pour une fois je dois avouer que vous n'avez pas...que des mauvaises idées. »

    Bon sang, j'ai cru que ma langue allait brûler à avoir complimenté ma collègue sans que cela ne paraisse trop ironique. Et oui, certains diront que j'ai parfois des réactions de Gryffondors, à m'emporter comme ça, et à bouder. Dans ce genre de situation, la Serpentard dans l'âme, la jeune femme froide et sournoise n'était plus. Elle devenait chaude comme la braise, et impulsive, capable de se vexer comme un poux à la moindre phrase dite de travers. Ceci dit, je sautille jusqu'à venir me poster devant l'un des tableaux, ma baguette pointée droit devant moi en faisant jaillir un Lumos informulé pour y voir clair.

    « Vous avez entendu Messire ? Au travail ! Arpentez ce couloir et revenez nous prévenir si vous voyez du mouvement interdit ! »

    Mais le certain Messire ne semblait pas vouloir s'exécuter, il se mit à grogner parce que soit-disant je lui mettais ma lumière dans les yeux.

    Tableau : « Abaissez votre lumière, professeur Blake, sacrebleu ! »

    Je jette alors un regard furieux au vieux fripé bien tranquillement assis dans son cadre, le fixant en sentant gonflé de colère la veine sur mon front. Non mais ! Comment osait-il me parler sur ce ton, ce vieux débris ? Je n'étais pas n'importe qui quand même ! Offusquée, je répliquai alors, sans baisser naturellement ma baguette :

    « Non mais dîtes donc, je vous somme d'être un peu plus poli envers moi, hein ! Exécutez-vous au lieu de grogner ! »

    Ainsi s'en suit une légère altercation avec le Messire du tableau. Le travail d'Aylen et moi, en attendant, n'avançait pas vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DCFM
avatar





• Crédits Kit : //
• Parchemins écrits : 49


lumos maxima


MessageSujet: Re: Ronde de nuit avec Aylen   Lun 24 Fév - 1:33


Ronde de Nuit



Nuit du Vendredi 12 au Samedi 13 Novembre 2021



Aylen n'était pas chiante, elle était expérimenté. Là était toute la nuance.
La dernière fois qu'elle s'était retrouvée séparée de son partenaire en mission, les choses avaient pris un tournant plutôt mauvais. D'accord, entre un pays en guerre et une école, il y avait une certaine différence. Mais des fois, pas tant que ça. Surtout compte tenu de ce qui était arrivé au bal d'Halloween. Elles ne pouvaient pas vraiment se permettre de prendre des risques inconsidérés. Et ceci incluait de ne pas se séparer. Elle se contenta de hausser un sourcil à peine réprobateur face au comportement de Syrina et la laissa s'énerver toute seule. Qu'elle fasse donc, si ça l'amusait, tant qu'elles restaient ensemble par la suite pour faire leurs rondes...
L'idée de demander de l'aide aux tableaux semble acceptable aux yeux de sa collègue en tout cas. Aylen leva les yeux au ciel au compliment qui semblait sortir bien difficilement et se dirigea vers un premier tableau avec elle. Qui évidemment vint demander de l'aide avec le tact d'un buffle en pleine charge. Elle pinça les lèvres rapidement et secoua à peine la tête. Bon sang, la diplomatie, ça ne lui disait rien ? La brune vient pincer l'arrête de son nez entre deux doigts en fermant les yeux un instant et en maudissant celui qui avait organisé les rondes et l'avait mise en groupe avec Syrina, avant de se dire qu'elle ferait mieux d'intervenir.
Elle s'avança et posa doucement la main sur celle de Syrina qui tenait sa baguette pour venir la descendre légèrement dans un geste destiné également à la calmer.
« Messire... » Elle baissa les yeux vers la légende du tableau une seconde. « … Harkness, auriez-vous l'obligeance de nous apporter votre aide ? Je pense que vous comprenez que la situation actuelle dans l'école l'exige et que votre participation serait des plus précieuses. A moins que vous désiriez être remplacé par un tableau de la remise qui s'avérerait plus utile ? »
La jeune femme le fixa de ses yeux clairs et il bougonna longuement dans sa barbe blanche avant de se décider à se lever pour passer dans le tableau le plus proche.
« Très bien, si vous insistez.. » Aylen hocha la tête.
« N'hésitez pas à solliciter l'aide de vos confrères, surtout. »
Un nouveau bougonnement lui répondit et elle l'entendit commencer à réveiller d'autres tableaux, alors que la brune hocha doucement la tête et reprit sa main qu'elle avait laissé tout le long sur celle de Syrina, afin qu'elle puisse relever sa baguette.

Elle se tourna vers sa collègue sans ajouter un mot, lui lança un long regard, puis haussa les épaules et sortit la sienne qu'elle alluma d'un informulé rapide avant de commencer à avancer. Elle sollicita quelques autres tableaux qui se mirent au travail avec plus ou moins d'entrain. Dans les étages supérieurs, ils avaient la chance d'avoir le Chevalier du Catogan au moins, qui devait se montrer un peu plus coopératif, lui. Enfin, peu importait.
Le premier étage était évidemment silencieux comme la mort, et personne ne semblait se trouver là pour le moment. Elles prirent un embranchement qui les mena à un couloir sans fenêtre, et si ça n'avait été les lumos qui leur permettait d'éclairer les lieux, nul doute que le noir serait des plus complets. L'ambiance n'était pas des plus rassurantes, bien que l'une comme l'autre connaissaient le château depuis longtemps. Aylen ne cherchait évidemment pas à faire la conversation,se contentant d'avancer à un rythme assez rapide en observant autour d'elle. Il n'y avait que le bruit de pas des deux femmes qui venaient déranger le silence, et parfois quelques ronchonnement de tableaux plaintifs qui se réveillaient à cause de la lumière.

« Vous savez, demander gentiment au tableau ne vous aurait pas coûté un bras. »
La remarque avait fini par sortir toute seule. Ca avait popé hors de sa tête, et à peine l'eut-elle prononcé qu'elle savait que ça risquait de partir en conflit plus ou moins ouvert.
Elles arrivèrent à un croisement où la lumière filtrait à nouveau de l'extérieur, et elle éteignit sa baguette en regardant avec précaution autour d'elle pour s'assurer que personne n'était là avant de se détendre légèrement et de se redresser en se tournant vers Syrina. Elle avait éteint sa baguette pour éviter qu'elles ne se fassent repérer dès qu'elles arrivaient quelque part, et essayait de faire évidemment le moins de bruit possible en avançant.

••••••••••••••••

« Your life is fragile, just beginning, teetering on the violent edge of the world. Your sadness will bury you alive, and you are the only one who can shovel your way out with hardened hands and ragged fingernails, bleeding your despair into the unforgiving earth. »
A bouquet of clumsy word

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Métamorphose
avatar





• Crédits Kit : Bazzart
• Parchemins écrits : 70


lumos maxima


MessageSujet: Re: Ronde de nuit avec Aylen   Jeu 27 Fév - 23:45

    Cette situation m'irritait tout le temps, plus qu'à l'accoutumée. J'avais pour habitude de rester calme et de ne pas trop me faire remarquer lorsque j'enseignais ou que je devais rester au château, pour ainsi paraître plutôt correcte aux yeux des élèves et de mes collègues. Froide, certes, mais correcte. Naturellement, il y avait parfois des ratés et tout le monde le savait bien, même les résidants des tableaux. Cela n'arrivait pas si souvent que ça, mais lorsque j'étais grincheuse, tout le monde finissait par le savoir. Ce soir-là n'était pas un bon soir. Aylen Nott m'irritait par son soit-disant savoir et supériorité. Et puis, tandis que je m'énervais après Messire...Harkness en lui pointant le bout de ma baguette en plein visage, la jeune femme vint tenter de me calmer en abaissant ma baguette avec sa main. J'inspire alors légèrement, les joues un peu rougies par l'agacement et les sourcils froncés en regardant cette saleté de chevalier de je-ne-sais-pas quoi me jeter un regard un peu méprisant et moqueur à la fois. En plus ça n'existe même plus les chevaliers. Pfff. Il se moque de moi ma parole. Il me rétorque :

    Tableau : « Je n'ai pas d'ordre à recevoir de vous, allez vous faire voir. »

    Oh alors là vraiment c'était la goutte d'eau faisant déborder le vase. Mes yeux s'écarquillent et je sens mon corps bouillir comme un thermomètre croulant sous une chaleur insoutenable, sentant presque une épaisse fumée sortir de mes oreilles.

    « Oh ! Alors vous... »

    Ma main gigotait sous celle d'Aylen comme si j'allais jeter un sort à ce tableau de malheur. Au final, heureusement que ma collègue exaspérante était là, sinon j'aurais sans doute eu un geste que j'aurais pu regretter. La colère pouvait me faire faire n'importe quoi, surtout après qu'on m'ait envoyée me faire voir. Non mais franchement, quelle impolitesse ! Et naturellement, lorsque ce fut au tour de Miss Nott de demander de l'aide à ce fichu tableau, elle eut une réponse positive. Oh, et puis zut ! Je laisse échapper un râle sonore, puis elle lâche ma main, et je m'éloigne un peu en ronchonnant. C'était sûr qu'ils avaient tous décidé de former une ligue contre moi, c'était pas possible autrement.

    Marmonnant et bougonnant dans mon coin, notre ronde finit par reprendre. Aylen avait elle aussi allumé sa baguette pour avancer dans ce couloir sans fenêtre. Rien à signaler pour cet étage, en tout cas. Direction donc le deuxième étage. Nous arrivâmes à un croisement pour nous y mener, où il y avait donc suffisamment de lumière pour nous éclairer, un temps soit peu. J'abaisse donc également ma baguette en l'éteignant. Aucune d'entre nous n'avait décroché un mot depuis l'épisode du tableau, je n'en avais en même temps pas la moindre envie. À quoi bon prendre le risque d'ouvrir la bouche et de se faire rabaisser de nouveau. Aylen n'avait pas besoin de moi pour commencer les festivités, en tout cas. Je soupire à sa remarque, sentant l'agacement me saisir de nouveau. Mais cette fois, je fais preuve d'un peu plus de retenue, et lui rétorque :

    « Non, je n'ai pas à faire preuve d'amabilité envers un ancêtre décédé depuis des lustres, qui plus est m'a parlée d'une manière odieuse que je n'ai pas apprécié. La prochaine fois je le ferais sortir de son cadre u_u »

    Fourrant une main dans la poche de mon manteau noir en grimaçant, je continuais d'avancer. Nous étions arrivées au deuxième étage. Dernière étape avant les cachots. Ensuite, nous pourrons aller prendre une pause avant de continuer la ronde. Ce couloir-ci semblait désert également. Et pour ma part, je continuais de marmonner en regardant mes pieds, écoutant mes talons claquer sur les dalles du sol.

    « De toute façon ce n'est qu'un tableau.. » marmonnais-je pour moi, dans ma barbe. Enfin, quand je dis barbe c'est une métaphore, naturellement. Nous continuons donc d'avancer, de temps à autre je levais les yeux vers Aylen, puis vers les autres tableaux qui s'agitaient, attendant qu'ils signalent le moindre signe de vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DCFM
avatar





• Crédits Kit : //
• Parchemins écrits : 49


lumos maxima


MessageSujet: Re: Ronde de nuit avec Aylen   Lun 3 Mar - 3:31


Ronde de Nuit



Nuit du Vendredi 12 au Samedi 13 Novembre 2021



Aylen dû se retenir pour ne pas lever les yeux au ciel. Sérieusement ? Chez elle, ou plutôt quand elle vivait au manoir Nott, si jamais on se montrait irrespectueux envers un tableau, encore plus un représentant une personne importante, alors la punition pouvait s'avérer sévère. Evidemment, ici Syrina ne savait probablement pas qui était l'homme représenté ; elle l'ignorait également. Mais le fait est que ça ne voulait pas dire qu'il fallait le traiter n'importe comment. Surtout qu'il faisait partie intégrante de Poudlard, et que le château méritait d'être un peu mieux traité que ça, ainsi que ses habitant qui survivront aux enseignants qui viennent y enseigner. Ils étaient là avant, et seraient encore là après, et ça elles ne pourraient pas y faire grand chose.
C'était un peu comme les fantômes au final. Une fois elle avait essayé, dans son adolescence, de tenir tête à un de ses ancêtre habitant encore les murs du manoir. Autant vous dire que ça ne s'était pas passé au mieux. Elle s'était faite réprimandée par son frère, et avait eu le droit à une punition. Elle avait dû faire des efforts insurmontables pour ne pas protester. Et en grandissant elle avait fini par comprendre que le respect n'allait pas qu'à ceux qu'on choisissait.
Elle se retint également de faire remarquer que si elle s'était adressée avec un peu de politesse à l'habitant des murs, peut-être qu'elle aurait eu plus de facilité à le faire travailler. Mais ça...

Elles poursuivirent leur chemin et Aylen essaya de ne pas s'arrêter sur le fait que sa collègue semblait plus que vexée par l'attitude de la peinture, et elle ravala le commentaire qui lui monta aux lèvres sur le fait que si ça n'était qu'un tableau, il n'y avait pas lieux de s'en préoccuper ainsi. Ce n'était pas son rôle de s'occuper de la femme, et elle voulait juste que cette nuit passe rapidement à l'heure actuelle. Sans accrochage, sans problèmes, sans rien. Juste du calme et de la tranquillité. Même si visiblement ce n'était pas avec Syrina qu'elle y aurait le droit.
Elles parcouraient tout de même relativement silencieusement les couloirs de l'école, Aylen toujours aux aguets évidemment. Quand un bruit attira son attention et qu'elle releva la tête.
« … ves dans les couloirs, élèves dans les couloirs ! »
La voix stridente de Peeves se rapproche et Aylen fronce les sourcils. L'esprit frappeur avait visiblement décidé encore une fois de martyriser les élèves. Quoique cette fois-ci ça arrangeait pas mal la jeune femme. Ce qui l'inquiétait plus en revanche, c'était que ça puisse être une farce de l'esprit frappeur aux deux enseignantes.
Malgré tout, Aylen leva les yeux vers l'esprit.
« Où ça, Peeves ?
- Par là ! » caquette-t-il.
Le rire de l'esprit avait toujours dérangé Aylen, et elle lui lança un regard d'avertissement. « Je te préviens, si c'est une de tes farces, j'irais le dire au Baron Sanglant. »
Le Baron était le seul à savoir se faire respecter de Peeves, qui commença à montrer le chemin. Aylen pressa le pas, pour ne pas perdre l'élève. Elles ne pouvaient pas vraiment se permettre de laisser des jeunes se balader dans les couloirs de nuit avec la situation actuelle. Vraiment pas.

Elle tourna la tête vers l'arrière pour s'assurer que Syrina suivait. A son âge, on avait vite fait de perdre le rythme après tout, sauf si on était habitué à courir partout, dans tous les sens, et à suivre d'autres gens. Ce dont la jeune femme doutait quelque peu, sans vouloir manquer de respect à son aînée. Bon, visiblement elle suivait toujours. Bien.
Elles tournèrent à un embranchement, Aylen dû sortir sa baguette pour éclairer le couloir alors que l'obscurité semblait ne pas déranger l'esprit frappeur.
Bon, il était où cet élève alors ?

••••••••••••••••

« Your life is fragile, just beginning, teetering on the violent edge of the world. Your sadness will bury you alive, and you are the only one who can shovel your way out with hardened hands and ragged fingernails, bleeding your despair into the unforgiving earth. »
A bouquet of clumsy word

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Métamorphose
avatar





• Crédits Kit : Bazzart
• Parchemins écrits : 70


lumos maxima


MessageSujet: Re: Ronde de nuit avec Aylen   Dim 9 Mar - 10:36

    La petite ronde continuait doucement mais sûrement, nous avions cessé de parler de l'affaire Tableau de Messire je-ne-sais plus quoi. Tant mieux. Je bougonnais toujours à l'idée de m'être fait ridiculiser par une peinture, mais bon après tout ce n'était pas la fin du monde. Je continuais donc de marcher silencieusement aux côtés de ma collègue, les mains fourrées dans les poches de mon manteau noir et mes yeux fixant mes pieds. Le seul bruit qui se faisait entendre dans ce couloir était le son de résonance de nos talons sur les dalles froides. Quel ennui. J'espérais quand même tomber sur un ou deux élèves à punir pour me passer les nerfs, et surtout pour rompre avec cette monotonie qui allait presque m'endormir. D'ailleurs, je lâche discrètement un petit bâillement en mettant ma main devant ma bouche. Et puis, ce fut comme une apparition divine !

    Peeves : « Élève dans les couloirs, élève dans les couloirs ! »

    Bah tiens, cet esprit frappeur de pacotille naturellement. Ce petit Casper insolent avait au moins eu le mérite de me tirer de mon ennui. Je relève soudainement la tête tandis qu'Aylen est déjà en train de lui demander de nous amener à ce soit disant élève. Ma collègue eut la brillante idée de le menacer d'ors et déjà pour que Peeves nous indique le chemin. Le fantôme s'exécuta, mais comme naturellement c'est un fantôme il avançait bien plus vite que nous. Miss Nott se mit à lui courir après. Je soupire, blasée.

    « Sérieusement ? Ils veulent me faire courir -.- »

    Bon bah quand il faut y aller, il faut y aller. Je m'élance en râlant à leur suite, décidément ce n'est pas pratique de courir avec des talons. Je faillis même trébucher à cause du talon aiguille coincé entre deux dalles. Je pousse un « Et merdeuh » avant de repartir comme si de rien n'était. Heureusement Aylen et Peeves étaient devant donc j'espérais qu'ils ne m'avaient pas vue. Ils tournèrent à un croisement, ma collègue semblait avoir éclairé un peu les lieux. Je prends ma baguette et fait de même, les rejoignant sans plus attendre. Tiens donc, je crois avoir vu une silhouette humaine se dissimuler derrière une statue. C'est vrai que je dois porter des lunettes pour lire, mais tout de même j'ai encore une bonne vue globalement, bien que j'eus plissé légèrement les paupières.

    « Il est là-bas, je l'ai vu. »

    Peeves : « Oh la vieille harpie sociopathe n'est pas totalement myope »

    « Rhaaaa ! »

    Bref. Je râle naturellement, suite à cette intervention de ce Casper de malheur que je chasse d'un rapide sort. Mais bon ça ne lui fait rien, il disparaît simplement à travers le mur en ricanant. Saloperie, va. M'enfin. Je m'avance vers la statue derrière j'ai aperçu l'élève se cacher et je laisse entendre ma voix grave et menaçante résonner dans le couloir.

    « Sortez de là, je vous ai vu. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar





• Crédits Kit : moi signature: tumblr
• Parchemins écrits : 15


lumos maxima


MessageSujet: Re: Ronde de nuit avec Aylen   Dim 9 Mar - 13:12

Lorsqu’il fut réveillé par des gens de son dortoir, le jeune Serdaigle regarda et remarqua qu’il faisait encore nuit, alors il leur demanda ce qu’il voulait et ceux-ci lui répondirent qu’ils voulaient lui montrer quelque chose hors de leur salle commune. Bien que réticent au départ, le jeune Serdaigle accepta tout de même de les suivre. Il portait son pyjama vert et ses chaussettes noires. Il ne prit pas la peine d’enfiler ses chaussures. Le groupe arriva devant la porte de leur salle commune et ils sortirent tous en regardant partout pour ne pas être surprit par les préfets qui faisait leur tour de garde. Samuel suivait donc les Serdaigle qui l’avaient entrainé dans cette sortie clandestine et nocturne et il était loin de se douter de ce qu’il pourrait lui arriver cette nuit. Il était surtout loin de s’attendre qu’il croise son pire cauchemar cette nuit-là également. Le jeune garçon regardait partout, ce questionnant sur ce qu’il allait faire pour s’amuser durant cette sortie, par contre, il y avait un gros problème pour Samuel qui commençait à l’agacer, il avait une grosse envie et il savait qu’il devrait y allez rapidement. Soudainement, quelque chose se produit, un bruit se fit entendre, alors le groupe de Serdaigle se mit rapidement à courir dans les couloirs, mais comme Samuel avait une grosse envie, il allait beaucoup moins vite que le reste du groupe et rapidement, il les perdit de vue. Il chercha partout, mais il ne trouvait personne, alors il tenta de trouver le chemin de retour, mais comme il n’avait pas pris sa baguette avec lui et bien il ne pouvait pas se faire de lumière pour retrouver le chemin. Finalement, il trouva un petit couloir sombre, alors il s’y engouffra et il attendit quelques secondes, puis se demandait bien qui pouvait bien être ceux qui le suivaient quand il était dans les couloirs avec les autres. La peur commençait à devenir insoutenable, mais rapidement, il décida de changer d’endroit, car il trouvait que sa cachette n’était pas assez bonne. Donc, il prit un couloir sur sa droite et courut jusqu’à l’autre bout et il prit le couloir sur la gauche et continua de courir dans le couloir pour ne pas être surprit par les personnes qui marchait. Il entendit derrière lui les bruits de pas qui marchait dans sa direction, alors il regarda autour de lui et il remarqua un peu plus loin une statue, alors il courut dans sa direction et il alla se mettre derrière, mais ce qu’il ignorait était que les deux profs qui le cherchait l’avait vue. Il resta quelques secondes derrière la statue jusqu’à ce qu’il entende la voix de la prof et le pire, c’était que c’était la voix de son pire cauchemar, donc il sortit à contrecœur de sa cachette et lorsqu’il regarda, il fut tellement horrifié que l’accident se produit. Une tache sombre apparue sur son bas de pyjama et ses pieds se retrouvèrent à patauger dans la flaque d’urine. Il resta silencieux et rougit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DCFM
avatar





• Crédits Kit : //
• Parchemins écrits : 49


lumos maxima


MessageSujet: Re: Ronde de nuit avec Aylen   Mar 25 Mar - 22:02


Ronde de Nuit



Nuit du Vendredi 12 au Samedi 13 Novembre 2021



Aylen retint un sourire en entendant la remarque de Peeves à Syrina, se disant qu'il ne serait pas des plus judicieux de faire remarquer son amusement. L'esprit frappeur n'était pas très juste envers la femme, en plus, et les relations de l'enseignante de défense n'étaient pas suffisamment bonnes avec elle pour qu'elle puisse se permettre ce type de comportement. Dire qu'il y a à peine une dizaine d'année en arrière elle aurait enfoncé le couteau dans la plaie et l'aurait retourné joyeusement en y ajoutant sel et citron. Enfin bon, ça n'avait guère d'importance. Elle se contenta de pincer les lèvres en continuant d'avancer en direction de l'élève qui se trouvait là. Au moins elles n'auraient pas perdu leur nuit...
Syrina l'a rattrapé et prend même la tête, intimant à l'élève de sortir de sa cachette. Ce qui fonctionna étrangement. Il ne songea pas à tenter de fuir plus avant. Voilà un bon point pour lui au moins. Aylen posa une main sur ses hanches en avançant, même pas essoufflée par le peu d'action qui venait de se produire en attendant que l'élève se dévoile totalement.
Et urine en les voyant.
Sérieusement ?

Elle fronça les sourcils et réprima une mine de dégoût qui montait en elle en voyant la flaque refléter les lumières des baguettes des deux professeurs. Et là il fallait bien avouer que pour une fois l'ancienne auror n'avait pas la moindre idée de ce qu'il fallait faire. Il était vrai qu'elle avait déjà eu à s'occuper de ça lorsqu'elle était avec Emily et qu'Eoin était jeune, mais la situation était différente. A l'époque elle était proche du petit garçon et savait qu'elle devait être là pour le rassurer et le soutenir. Et surtout, il n'avait pas douze ans révolu. Alors qu'était-elle supposée faire face à ce genre d'incident ? Elle ne pouvait pas vraiment le réprimander, mais elle ne pouvait pas non plus ne rien faire et simplement ignorer ce qu'elle voyait. C'était un problème réel s'il n'était pas capable de se retenir face à deux enseignantes.
Bon. Régler ce problème en premier. Ensuite elle verrait bien ce qu'elle ferait.
Elle pointa sa baguette vers la flaque, sans pouvoir retenir une grimace alors que l'odeur désagréable de l'urine envahissait les lieux. « Evanesco » La flaque disparu instantanément, bien que le pyjama du garçon demeura tâché. C'était le problème avec les tissus ainsi imbibés. C'était plus délicat de les nettoyer à la magie ainsi. Relevant sa baguette en s'approchant du garçon, son visage demeura neutre. Elle avait vu bien pire, dans sa vie, mais ce genre de situation n'était pas forcément plus agréable pour autant.

« Hamilton, vous n'avez rien à faire dans les couloirs à cette heure-ci. Vous venez donc de faire perdre vingt points à votre maison. » La punition était lourde en soi, surtout en sachant pertinemment que le garçon n'était pas un trouble-fête en temps normal. Mais Aylen n'était pas franchement connue pour sa gentillesse dans ses traitements, au contraire. Enseignante sévère et exigeante, elle attendait des élèves qu'ils aient un comportement exemplaire. Et encore, il avait de la chance, il aurait été à Serpentard, la punition aurait été bien pire. Elle ne tolérait pas que des élèves de son ancienne maison se montrent indigne de celle-ci en se faisant attraper.
Néanmoins elle était encore loin d'avoir la réputation de dureté et d'injustice de Syrina, surtout dans la mesure où elle faisait toujours en sorte de se montrer égalitaire entre les élèves, que ça soit les bons ou les mauvais, ou encore ceux présentant des difficultés comportementales, comme c'était le cas de Samuel. Elle ne voyait pas l'intérêt d'enfoncer le couteau dans la plaie pour l'occasion. Ca ne l'aiderait en rien. Néanmoins elle devait lui faire comprendre qu'elle ne pouvait pas vraiment laisser passer ce type de comportement pour autant. « Et j'espère que vous avez de bonnes explications à nous fournir avant que l'on vous renvoie à votre dortoir. »
Elles allaient même probablement devoir le raccompagner, afin de s'assurer que le petit ne se retrouve pas bloqué devant la statut d'aigle en bronze devant une énigme qu'il ne serait pas en mesure de résoudre.
Mais c'était sans compter sur Syrina évidemment qui n'allait probablement pas voir les choses sous le même angle que sa collègue.

••••••••••••••••

« Your life is fragile, just beginning, teetering on the violent edge of the world. Your sadness will bury you alive, and you are the only one who can shovel your way out with hardened hands and ragged fingernails, bleeding your despair into the unforgiving earth. »
A bouquet of clumsy word

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Métamorphose
avatar





• Crédits Kit : Bazzart
• Parchemins écrits : 70


lumos maxima


MessageSujet: Re: Ronde de nuit avec Aylen   Sam 12 Avr - 8:55

    J'espère que nous aurions à faire avec un élève conciliant, et non pas somnambule comme la plupart des excuses bidons que l'on me sortait lorsque je chopais un élève dans les couloirs en pleine nuit. En tout cas je n'eus pas besoin d'avoir recours au sortilège d'hominum revelio puisque le fautif sortit quasiment immédiatement de sa cachette. Un petit jeune homme. Étrange. Il était assez rare de pincer des élèves si jeunes. Bizutage ? Probablement. Ceci dit ça ne l'excuserait pas. Étonnamment, il me semblait connaître la bouille de ce garçon. Un Serdaigle, je crois. Je le toisai de haut, l'air froid et sévère, attendant des explications. Mais le mioche ne dit rien, il était comme pétrifié et il se contentait de nous regarder un peu tremblant. J'hausse un sourcil en constatant le pyjama à présent humide et dégageant une odeur désagréable d'urine parvenant jusqu'à mes narines. Bon sang mais c'est bien sûr. Comment l'oublierais-je, ce gamin. Pisse-partout. Ce gosse craintif qui s'était fait dessus pendant mon cours. Il semblerait que ce soit l'effet que je fais sur lui. J'esquisse alors une mine dégoûtée, ne me privant pas pour le lui montrer. Aussi, je recule d'un pas.

    « C'est écoeurant. » fis-je d'un air méprisant et dégoûté.

    Ma collègue demeura plus pédagogue comme d'habitude. Et eut la brillante idée d'évacuer la flaque aux pieds de Pisse-partout pour plus de confort odorant. Puis, elle enleva une vingtaine de points à Serdaigle, ainsi je n'avais pas besoin de rajouter une punition. Inutile de donner une retenue, le gamin avait l'air tellement gêné qu'il n'osait prononcer mot, face à deux enseignantes intransigeantes. Aylen demanda au petit des explications finalement, encore fallait-il qu'il ait le courage d'ouvrir la bouche. Ceci dit, je ne me privai pas pour ajouter mon grain de sel. Après tout, nous avions autre chose à faire que de s'occuper de gamins incontinents.

    « Qu'importe la raison qui vous a poussé à arpenter les couloirs en pleine nuit, votre comportement n'est pas tolérable. Nous ne sommes pas là pour changer des couches, et si vous êtes incapable de vous retenir, ce n'est pas à Poudlard que vous avez votre place, mais au jardin d'enfants moldu ! Et encore...même là-bas, ils savent être propre. » achevai-je sur le même ton.

    Cependant, c'était un problème. J'admets n'avoir pas fait preuve de pédagogie lorsque cela est arrivé la première fois pendant mon cours. J'aurais dû aller signaler cet incident à la direction, pour prendre les mesures nécessaires. Mais je plaide coupable sur ce point, manque flagrant de pédagogie de ma part j'avais préféré enfoncer le petit un peu plus, et l'humilier devant la classe. Je pense que cette fois-ci, je n'aurais plus le choix. Je me retourne alors vers Aylen.

    « L'incontinence est un réel problème, non ? C'est une école de magie ici, pas une école maternelle. Il faudrait peut-être le signaler à la directrice. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé






lumos maxima


MessageSujet: Re: Ronde de nuit avec Aylen   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ronde de nuit avec Aylen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lumos Maxima 3.0 :: Poudlard :: Le Rez-de-Chaussée :: Le Hall-